Joignez-nous sur notre Page FacebookJoignez-nous sur notre Groupe FacebookJoignez-nous sur TwitterJoignez-nous sur Google PlusJoignez-nous sur Youtube #1Joignez-nous sur Youtube #2Actualités RSSMusiques TF à Écouter



Forum Transformers et site web
 
Site Web TFAccueilActualitéFAQRechercherS'enregistrerConnexionPublicationsÉvènements

Partagez | 
 

 Entrevues en français et anglais de Flint Dille, Bob Budiansky, Bryce Malek, Peter Cullen, Frank Welker et bien d'autres sur Les Transformers (G1)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevues en français et anglais de Flint Dille, Bob Budiansky, Bryce Malek, Peter Cullen, Frank Welker et bien d'autres sur Les Transformers (G1)   Lun 22 Nov 2010 - 0:01

Entrevues en Français et Anglais sur Les Transformers (G1):
avec Flint Dille, Bob Budiansky, Bryce Malek, Peter Cullen, Frank Welker et bien d'autres sur Les Transformers (G1)

  1. Entrevue en Français ― avec les scénaristes Bob Budiansky (BD TF G1) et Bryce Malek (Dessin animé TF G1)
  2. Entrevue en Français ― de Marvel Productions en 1985 par le magazine "Comics Feature"
  3. La série animée "Les Transformers" (G1): Les créateurs expliquent pourquoi le dessin animé des années 80 en mettait plein la vue
  4. Les Transformers Le Film et le Grand Massacre des Jouets TF de 84-85 en 1986
  5. 10 choses que l'équipe de production et de voix anglaises derrière "Les Transformers Le Film" de 1986 nous apprend
  6. Entrevue en Français ― avec Ron Friedman, scénariste du 1er jet de Les Transformers Le Film (1986)
  7. Parlons en Français de David Wise: un des scénaristes qui a écrit 15 épisodes de la série animée "Les Transformers" (G1)
  8. Entrevue vidéo en Anglais ― avec les scénaristes et producteur de TF G1
  9. En Français ― Transformers: la genèse
  10. Entrevue vidéo en Anglais ― avec la voix narrative anglaise de Les Transformers: Victor Caroli
  11. Entrevues vidéos en Anglais ― avec des voix anglaises du dessin animé Transformers G1
  12. Entrevues vidéos en Anglais ― avec Peter Cullen, voix anglaise d'Optimus (anglais)
  13. T-Shirt de Peter Cullen (en 2012) pour les oeuvre de charité
  14. Photo de Peter Cullen au collège/secondaire, voix anglaise d'Optimus G1, Films, Prime
  15. Entrevue en Français ― avec Peter Cullen au sujet d'Optimus dans le film animé de 1986
  16. Entrevues vidéos en Anglais ― avec les musiciens de Les Transformers Le film (1986): Vince Dicola et Stan Bush
  17. Entrevue en Français ― de Peter Cullen et Frank Welker sur l'évolution de G1 aux Films TF
  18. Entrevues vidéos en Anglais ― avec Frank Welker, la voix anglaise de Mégatron, Galvatron, etc. dans Les Transformers (G1)
  19. Entrevues vidéo en Anglais ― de Peter Cullen et Frank Welker au Hascon 2017 et derrière la caméra
  20. Entrevue en Français ― avec Peter Cullen sur Transformers G1 et Titans Return
  21. Entrevue en Français ― avec Shogo Hasui (designer des Masterpieces TF MP-10 au MP-22) + de la gamme de Jouets Masterpieces TF
  22. Entrevue en Français ― avec les concepteurs de jouets Shogo Hasui, Hironori Kobayashi & Takashi Kunihiro de Takara Tomy sur Transformers


Entrevue en Français ― avec les scénaristes Bob Budiansky (BD TF G1) et Bryce Malek (Dessin animé TF G1)

• Bob Budiansky, scénariste et rédacteur des Comic/BD TF G1

Voir: theguardian.com - seibertron.com - tfw2005.com

En 1983, Hasbro a acheté les droits de quelques jouets du Japon, qui pouvaient se changer de robot à véhicule mais, ces jouets n'avait aucune histoire pour expliquer qui ils étaient. Hasbro avait déjà travaillé avec Marvel pour développer la gamme des G.I. Joe comme un jouet, comic/bd et dessin animé et donc, ils se sont tournés à nous (Marvel) à nouveau. Jim Shooter, mon éditeur, a conçu une description de six pages du monde des Transformers puis a demandé à un autre éditeur de développer des noms et des personnalités pour les 26 jouets originaux.

Jim n'a pas aimé trop ce qu'il a reçu... il a donc été dans une rangée de bureaux et a dit à tous les employés: "Regardez, nous devons re-développer ça mais le temps va nous manquer - vous avez seulement la fin de semaine pour le faire." C'était tout juste avant le jour d'action de grâce et tout le monde a dit qu'ils n'étaient pas intéressés. Finalement il est venu vers moi. J'étais seulement chez Marvel que depuis six mois et je lui ai dit: "Bien sûr, je ferai un essai."

Beaucoup des noms sont venus de mes propres expériences de la culture pop. "Ratchet/Mécano", un robot médical, a été inspiré par l'Infirmière "Ratched" du film "Vol au-dessus d'un nid de coucou (One Flew Over the Cuckoo's Nest)". "Ironhide/Rhino" est venu de la vieille émission de télévision "Ironside". J'essayais de les humaniser, leur donner des qualités facile à s'identifier, comme par exemple "ce robot aiment le jazz", qui deviendra "Jazz/Saxo". Les gens me demandent comment j'ai pu trouvé autant de personnalités en une fin de semaine, mais chez Marvel, nous avions l'habitude de créer des nouveaux personnages chaque jour. C'était ça mon travail là-bas.

Un nom dont je suis fier est Mégatron. Revenons dans le contexte de 1983... la menace de guerre nucléaire se faisait sentir - et on parlait de force destructive en mégatonnes. Au début, Hasbro l'a rejeté trouvant le nom raisonnait comme trop effrayant. Je leur ai dit doucement: "Eh bien, il est le méchant principal. Il est censé être effrayant." Heureusement, ils ont changé d'avis et Mégatron fut accepté par Hasbro.

La franchise est devenue si populaire, que Hasbro continuait à présenter de nouveaux jouets. C'était un vrai défi de mettre au point des façons d'introduire 15 ou 20 nouveaux personnages à la fois. J'ai essayé de les faire unique chacun d'eux, mais après 250 environ, c'était difficile. Après que j'ai travailler sur 50 comic/bd TF G1, ma tête me disait que j'avais fait le tour.

Un cadre d'Hasbro m'avait dit que l'on considère un gamme de jouet un succès si ça dure deux Noëls - c'était leur critère. Les Transformers ont duré six ou sept ans avant de commencer à moins se vendre. On peut le dire: ce fut une belle durée de vie pour la gamme. Je ne pense pas que personne (moi inclus) avait prédit que les TF reviendraient de nos jours en tant que franchise de FILM qui vaut des millions dollars.


• Bryce Malek, scénariste de l'histoire du dessin animé TF G1
C'était l'été 1984 et je venais de commencer chez Marvel Productions, avec mon partenaire d'écriture Dick Robbins. Nous pensions que nous allions travailler sur beaucoup de choses différentes - mais avons fini par juste travailler sur les Transformers à temps plein. Un pilote en trois parties avait déjà été produit, mais Hasbro souhaitait maintenant une série animé de 13 épisodes, donc nous avons dû développer "une Bible" pour les scénariste, qui expliquait la ligne directrice de la série. Les Transformers ont échoués sur Terre... nous avons inventé un pont spatial pour leur permettre de voyager entre la planète Terre et leur planète Cybertron. Ceci s'est avéré utile lorsque nous avions à introduire de nouveaux personnages.

Assez curieusement, personne n'a jamais fourni aucun des jouets à l'équipe de scénaristes - nous avons plutôt travaillé avec des photocopies de conceptions des jouets. J'ai été moi-même en acheté quelques-uns en magasin mais je n'ai jamais était capable de trouver un Optimus Prime/Optimus Primus, il était trop populaire et vous n'arriviez jamais à en trouver un.

Quand les 13 épisodes sont été diffusé à la TV avec d'excellentes cotes d'écoutes, Hasbro a dit: "nous en voulons encore 49." Et nous avons dit: "Uh, OK." Livrer les scénarios à l'heure était un vrai défi: c'était le moment où toutes les compagnie étaient en transitions de la machine à écrire vers les ordinateurs avec les traitements de texte. Nous avions une imprimante qui prenait une demi-heure pour imprimer un seul scénario - et c'était la pointe de la technologie à l'époque.

J'ai vraiment voulu insister sur les personnages humains afin que le public puissent avoir de quoi à qui s'identifier dans la série. Mais rétrospectivement, je pense que les enfants aimaient surtout les robots. Nous travaillions si vite, que les scénarios comportaient certains trous d'histoire... Mais je sais des lettres de fans qui les enfants remplissaient ses trous par leurs propres histoires. De nos jours, je travaille comme un psychologue en clinique. J'aime plaisanter en disant qu'après avoir joué avec la tête des enfants avec les dessins animés, je ferais mieux de commencer à les réparer hehe.


○ Pour en apprendre davantage sur ceux qui ont travaillé derrière le dessin animé "Les Transformers", appuyez sur ces liens:
http://www.transformersfr.com/h5-tf3.htm#1http://www.transformersfr.com/h6-tf4.htm#2

_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm


Dernière édition par superhomme le Dim 20 Mai 2018 - 0:21, édité 31 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevue de Marvel Productions en 1985 par le magazine "Comics Feature"   Jeu 25 Nov 2010 - 18:23

Entrevue de Marvel Productions en 1985 par le magazine "Comics Feature"

En Janvier 1985, le magazine "Comics Feature" fait une entrevue de Marvel Productions, l'entreprise qui a produit le dessin animé de "Les Transformers" (G1), en interviewant les rédacteurs d'histoire des TF: Bryce Malek et Dick Robbins, incluant une illustration de pré-production TF (voir image à droite). Voici la partie axé sur les TF: Dick Robbins et Bryce Malek sont 2 des rédacteurs d'histoire chez Marvel. Robbins est un scénariste expérimenté de la radio dramatique et la TV, qui depuis 1972, a travaillé presque exclusivement dans le domaine de l'animation et Malek est un jeune homme qui a déjà fait parti du service comptable d'Hanna Barbera. C'était Margaret Loesch qui lui a donné sa première chance scénaristique en 1980. C'est en avril 1984 que Malek et Robbins sont venus chez Marvel, où ils ont uni leur effort depuis le début de "Les Transformers".

"C'est basé sur une gamme de jouet" dit Malek, "dont beaucoup de dessins animés sont basés de nos jours. Ils sont semblables aux GoBots et à 3-4 autres gammes différentes. Ils sont des robots que vous pouvez manipuler pour en faire des avions, auto et toutes sortes de choses." Le grand nombre de personnages dans la série "Les Transformers" a nécessité l'embauche de nombreux scénaristes autonomes afin d'avoir à temps le nombre de scénarios exigés des épisodes. "Nous préférerions normalement travailler avec moins de scénaristes" explique Robbins. "Si nous avons un bon scénariste qui fait un bon scénario pour nous, nous savons que ses scénarios futures seront encore meilleurs. Il est agréable d'avoir que 4 ou 5 scénaristes pour une série, mais sur les TF, nous devions avoir beaucoup plus."

"Dans ce cas-ci, nous sommes exigés de sortir 2 scénarios par semaine" ajoute Malek. "2 fois plus que d'habitude. Nous avons dû travailler sur plusieurs scénarios simultanément et certains de nos épisodes sont adaptés en feuilleton. Quand nous avons une 3 partie, ce n'est pas facile d'avoir toutes les infos de la personne qui écrit le scénario 3 quand vous ne savez pas ce qui arrive avec le scénario 1. Cela peut être assez compliqué et la pression peut se ressentir." Malgré la pression, Robbins et Malek adorent travailler sur "Les Transformers" parce que la série est syndiqué, donc avec moins de restrictions rigoureuses sur comment dépeindre la violence et l'action versus une série exclusif à une chaine TV. "Nous pouvons faire beaucoup plus" confirme Malek. "La violence est entre les robots, ainsi il n'y a rien que les enfants peuvent vraiment imiter. Vous pouvez détruire un robot et l'arranger ensuite demain. Cette série utilise des rayons laser, des accidents, des explosions... les garçons adorons!"


Voir: Boltax, TFW2005 & Starlogged

_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Les créateurs expliquent pourquoi le dessin animé des années 80 en mettait plein la vue   Jeu 25 Nov 2010 - 23:56

La série animée "Les Transformers" (G1): Les créateurs expliquent pourquoi le dessin animé des années 80 en mettait plein la vue
Article du 26 Juin 2014 par: screencrush.com, traduit en Français par moi Superhomme.
(Merci d'avance à ceux qui laisserons un commentaire (exemple: un merci suffit), vu l'effort de traduction que j'ai fait qui m'a pris plusieurs heures de mon temps pour votre plaisir de le lire, merci de compréhension. Wink)


La franchise de "Les Transformers" est un géant culturel avec un attrait universel. Les Transformers ont même été adapté en films cinématographiques par Paramount et Michael Bay, qui ont tout de même réalisé des chiffres d’affaires phénoménales. Les personnages comme Optimus Prime/Optimus Primus, Bumblebee/Bourdon et Mégatron continuent d'être vue sur des T-shirts et des boîtes à lunches dans les écoles primaires. Même dans certains dortoirs d'université, il y a encore de jeunes adultes qui y discutent des subtilités de la Matrice de Commandement. Pour une génération entière (et la progéniture de cette génération), le combat entre les héroïques Autobots contre les vils Décepticons font toujours bien parler d'eux. Tout cela est né quand l'entreprise de jouet Hasbro a demandé à Marvel de faire une série animé qui mettrait en vedette et aiderait à vendre leur dernière ligne de jouet: des figurines de robot qui pouvaient se transformer en voitures, avions et objets. La série animée G1 a été écrite par des scénaristes qui initialement avaient pensé qu'ils travaillaient juste sur une autre série de plus, qu'ils se sont simplement appliqués. Aucun d'entre eux ne s'était attendu à parler de leur travail trois décennies plus tard. Personne ne s'était attendu à des légions de fans apprécier autant cette série encore aujourd'hui.

Tout a commencé en 1984 à la nouvelle bâtisse du studio d'animation de Marvel Productions à Van Nuys, en Californie aux États-Unis. Les traitements de texte remplaçaient finalement les machines à écrire. Les scénarios prenaient 30 minutes à imprimer. Et Hasbro voulait une nouvelle série pour accompagner leur série animée G.I. Joe.


• Vidéo en anglais des studios de Marvel Productions en 1984 et 1986.



1. Déploiement
Bryce Malek était un des rédacteurs d'histoire sur les 65 premiers épisodes de "Les Transformers" et il se rappelle mémorablement de l'été 1984. Les Jeux olympiques étaient en ville et les résidents s'étaient absentés. "Les autoroutes étaient calme et il y avait à peine un peu de brouillard," dit-il. "Il y avait une météo magnifique. C'était juste un bon moment de vivre à Los Angeles et un bon moment de vivre sur notre planète." Malek, un vétéran chez le studio Hanna-Barbera et leur série animé "Scooby Doo et Scrappy Doo", avait suivi la productrice exécutive Margaret Loesch chez Marvel Productions, où lui et son partenaire d'écriture Dick Robbins ont été immédiatement chargés de guider comme rédacteurs d'histoire les épisodes de la série animée "Les Transformers". La minisérie en trois parties qui ouvre la série avait déjà été complétée et une bible de série avait déjà été écrite quand ils ont obtenu leur poste, mais les 62 épisodes suivant de la commande de 65 épisodes étaient bien les leurs. "Margaret a dit à Dick et à moi de laisser notre imagination se déchaîner avec ce projet," dit Malek. "Nous étions libres de créer une nouvelle bible pour prolonger la série."

• Étape un: Créez le "Pont Spatial (Space Bridge)", permettant aux héros robotisés d'avoir des aventures partout dans l'univers.
• Étape deux: Commencez à embaucher des scénaristes avec qui ils avaient travaillé avec auparavant; tel Doug Booth, Earl Cress, Don Glut et David Wise ont embarqué pour créer des histoires.

David Wise, qui écrira 15 des 65 épisodes initiaux, a été essentiellement arraché de la série animée "G.I. Joe" par Marvel Productions et Hasbro. Loesch l'avait embauché pour aider à sauver la série de Sunbow, l'agence de pub d'Hasbro qui avait sous-traité Marvel Productions de produire des séries animées basés sur les jouets d'Hasbro en premier lieu. "Sunbow voulait mettre tous les personnages de la gamme de jouet G.I. Joe dans chaque épisode de la série animée G.I. Joe", se rappelle-il. "Chaque jouet dans chaque épisode!" Wise a convaincu Sunbow et les scénaristes de se concentrer sur un ou deux personnages dans chaque épisode seraient non seulement plus facile d'écrire les G.I.Joe, mais ça produirait une meilleure série. "Les enfants vont aimer ça parce que vous racontez des histoires réelles," il leur a dit. "Ils serait plus impliqué avec les jouets parce qu'ils pourraient mieux accrocher aux personnages avec leur profondeur développé dans la série." Et ça a marché. En un mois, les scénarios entraient à temps avec des histoires plus ciblées... et Margaret a du regrettablement le renvoyer de G.I. Joe parce qu'il n'y avait plus rien à faire. "Je me suis réparé hors de mon travail!" dit-il. Mais, son renvoie fut accompagné d'une offre d'aller travailler sur "Les Transformers". "Quand j'ai compris ce que c'était, j'étais très enthousiasmé," dit-il. "Ils faisaient des robots géants! Certainement je voulais le faire." Bien sûr, la réputation de Wise comme réparateur sur G.I. Joe l'avait précédé - ils voulaient des histoires des vrais personnages. Wise plaisante: "Oh merde, oh mon Dieu… vous voulez-dire que les scénarios doivent être bons?!"

L'équipe d'écriture a été finalement arrondie par l'ajout de Flint Dille, qui a été amené tardivement à bord durant les 65 épisodes initiaux pour aider le combat contre leur rival numéro un: les "Gobots" d'Hanna-Barbera. Un vétéran chez Sunbow avait même un personnage G.I. Joe nommé après lui, Dille a du marché dans le double rôle de rédacteur d'histoire et producteur associé avec un but: donner de la bordure aux Transformers. "Gobots était doux et pour des enfants," dit-il, "Ils voulaient que je renforce les Transformers." Je connaissais des gens qui travaillaient sur Gobots et nous nous moquions l'un et l'autre sur le semblable de nos deux séries animées," que Malek dit." J'ai toujours pensé que nous avions la Cadillac des séries.


2. Construire un univers en peu de temps
Si vous pensez que la mythologie de l'univers de "Les Transformers" donne l'impression que ça été composé en fonction de la situation... c'est absolument juste. "Je lisais toujours les bandes dessinées par DC Comics et ils étaient prudents de leur univers," dit Malek. "Il y avait des règles sur ce qu'ils pouvaient et ne pouvaient pas faire. Il y avait tant de personnes impliquées dans "Les Transformers" que nous ne pouvions pas juste le faire." Chargé de produire un minimum d'un scénario par semaine, Malek ne pouvait pas souvent être difficile à propos de construire un univers cohésif. Il avait un échéancier à suivre: "Nous avons commencé en mai ou juin 1984 et [fini les 65 premiers épisodes] en septembre 1985." Il n'y avait aucune pièce de scénariste sur "Les Transformers" et outre les réunions occasionnelles, les scénarios ont été écrits individuellement. "Nous avons juste mis en gérance et coller le tout," dit Malek.

"Rien n'était toujours collaboratif. Si les scénaristes se parlaient l'un à l'autre, c'était parce qu'ils étaient des amis." C'était à l'équipe d'édition des histoires de s'assurer qu'aucun des scénarios ne se contredisaient. Après tout, les scénaristes ne savaient jamais ce que les autres faisaient. "Je n'ai jamais lu aucuns scénarios en dehors de ceux que j'écrivais," dit Wise, "et je ne pense pas que j'ai même lu ceux-là." "C'était sans coordination," Wise rajoute. En écrivant l'épisode "59: La guerre du passé (War Dawn)", qui raconte l'histoire d'origine du chef des Autobots Optimus Prime/Optimus Primus, Wise s'inquiéta qu'il allait contredire accidentellement quelque chose qui avait été écrit auparavant. "Pendant tout ce temps, je suais des balles," dit-il. "Je volais essentiellement à l'aveuglette." Pourtant, Wise se moque à l'idée d'une pièce avec un tableau blanc détaillant les subtilités de l'univers de Les Transformers. "Bryce aurait renoncé s'ils avaient fait quelque chose comme ça," dit-il. Bien que Wise n'ait rien contre des séries animées avec des arcs dans la série, il est heureux qu'il n'y en ait aucune histoire vaste planifiant cette série. "Ces séries étaient faits pour la syndication et ont dû être conçus pouvant être diffusé en désordre si souhaité," explique-t-il. "J'ai été heureux qu'il n'y avait aucun arc dans la série. Ça aurait limité notre imagination pour la série... Ma série était diffusé partout sur la carte et c'est ça qui rend ça plus amusant. S'il y avait eu un grand plan qui aurait fallu suivi, je n'aurais surement pas pu avoir écrit l'épisode "59: La guerre du passé (War Dawn)" ou quelque chose aussi aux dingue que l'épisode "48: Kremzeek!"." Le processus d'écriture était assez simple. Hasbro fournirait un "tremplin", une phrase comme idée pour l'histoire (Exemple: "Les Décepticons essaient de contrôler la météo").

Le tremplin stipulait souvent l'utilisation d'un personnage spécifique, d'habitude le dernier jouet arrivant en magasins. Les scénaristes lançaient alors leurs idées en aperçue basés sur le tremplin, une prémisse approuvée devenait un plan et un plan devenait ensuite un scénario. Quelques scénaristes sont devenus des spécialistes pour des personnages spécifiques et des sujets. On donnait toujours à Don Glut, un grand fan de dinosaure, les épisodes avec les Dinobots.

Avec des scénaristes faisant leur propre chose dans leurs propres coins, c'était à l'équipe d'édition de l'histoire de garder le tout droit. "La continuité est le travail du rédacteur de l'histoire," dit Dille.

"Le personnel créatif du niveau supérieur parlait constamment l'un à l'autre. Je parlais constamment aux écrivains." Cependant, tout le monde volait à peu près sur le siège de leur pantalon pendant les premiers jours. "Nous n'étions pas stricts sur des choses," dit Malek. "Nous ne pouvions pas être trop stricts à cause des délais. Nous avons dû laisser des choses aller et voir ensuite ce qui leur arriver." Malek compare la série à une usine, où le produit a dû être produit en série sur une base régulière et si les choses n'étaient pas cohérentes, personne ne s'en était particulièrement soucié. Et si quelqu'un remarquais un problème après les faits? "Il n'y avait aucun argent pour réparer le tout! Faites-le! Sortez-le!" Wise se rappels être assignés d'écrire un scénario se concentrant sur Oméga Suprême, un jouet qu'il décrit comme "complètement illogique." Un coûteux ensemble jeu servant de maison pour les autres jouets, Wise décida alors qu'il serait meilleure de donner une trame de fond (un passé) assez tragique à ce personnage stupide". "Tout ce que j'avais était une feuille du personnage par Hasbro qui le décrivait comme "taciturne (qui parle peu)," se rappel Wise avec rire. Donc, je lui ai donné une tonne de voix durant la narration, pour seulement apprendre plus tard que le personnage parlait comme un nigaud. "Bryce a sauvé le tout en ayant Optimus Prime/Optimus Primus demandant à Oméga de parler comme un gars régulier [pour l'épisode]. Les fans répondirent: "mais il y avait déjà des scénarios incluant Oméga Suprême. Les avez-vous lus? Non!"

Malgré le rythme effréné, les rédacteurs de l'histoire se trouvaient rarement avec trop d'ennuis. "Les gens étaient des scénaristes professionnels," dit Dille. "Ils venaient bien préparé. Je peux seulement me rappeler deux ou trois scénarios où quelqu'un n'a pas fait leurs devoirs ou s'était tourné en quelque chose qui... exigeait une chirurgie cardiaque ouverte." La série embaucherait systématiquement des écrivains de bandes dessinées, que Dille admirait particulièrement: "ils travaillent dure, des gars fanatiques habitués à la continuité que l'animation n'avait jamais vu auparavant. Nous avons fini avec une équipe de scénaristes incroyablement puissant qui ont été ravies de faire le projet et étaient payées au prix fort."

Autant que les scénaristes se sont bien amusés, personne n'avait pensé qu'ils faisaient quoi que ce soit qui durerait. Wise admet ouvertement qu'il a réutilisé des idées de certains de ses épisodes de Les Transformers sur d'autres séries sur laquelle il a travaillé. "Tout le monde recyclait leur idées à l'époque," dit-il. "Nous nous attendions pas à ce que ces séries soient diffusés après une année ou deux. Nous avons juste pensé qu'ils allaient faire leur temps et disparaître."


• Vidéo en Doublage Québécois officiel du générique de la série animée de Les Transformers (G1) de 1984


3. Vendre des Jouets et Raconter des Histoires
Tout le monde savait que "Les Transformers" avaient été conçus pour convaincre leur jeune public d'acheter des jouets. Wise, qui avait déjà travaillé sur une "série animé de jouets", bien avant "Musclor et les Maîtres de l'Univers [He-Man and the Masters of the Universe]", dit que cela ne changeait rien sans le moindre. "Ça pouvait être basé sur un autocollant de voiture," dit-il, "Mais si vous inventiez un concept de base, un monde, des personnages et des relations qui marchait entre eux, ça marcherait."

Contrairement à "G.I. Joe", où Hasbro et Sunbow menaient la danse et Marvel Productions faisait comme demandé, "Les Transformers" étaient surtout le bébé de Marvel Productions. "Le fait que nous devions répondre à une entreprise de jouet nous était invisible à 99% du temps," dit Dille. "Je considérerais cela comme de la liberté créative presque parfaite." Il y avait des directives de base, mais Dille dit que cela ne pouvait pas être plus différent que la télévision traditionnelle. "Travaillez pour les réseaux, vous obteniez 50 notes sur chaque scénario si oui ou non on aurait besoin d'eux," dit-il. "Pour nous, c'a été comme sortir de prison." Une chose qu'Hasbro demandait était de présenter des personnages spécifiques dans des épisodes spécifiques… et éviter d'utiliser des personnages qui étaient tombés en disgrâce avec les enfants. "Parfois, nous obtenions un fax qu'un personnage avait cessé d'être vendu et ça donnait l'impression qu'il était mort," dit Dille. "Donc nous l'enlevions des scénarios futurs." Mais, cela était vraiment la limite de l'ampleur de leur participation. Tant que les jouets avaient l'air attrayant, Hasbro ne s'impliquait pas dans la création de nos histoires TF.

"Hasbro était très ouvert à n'importe quelles sortes d'histoires que nous voulions faire," dit Malek. "Ils avaient tout de même un droit de veto, mais ils n'ont vraiment pas rejeté trop d'idées." Avec 65 (et plus tard 98) épisodes, l'équipe de scénaristes ne se sont jamais limités. "Quand vous avez autant d'épisodes, vous pouvez essayer n'importe quelle idée," dit Dille. "Si c'était faisable, nous le mettions là-dedans."

"Nous avions du plaisir avec quelques scénarios dont on voulait qu'il soit un peu plus épique, particulièrement les trois parties," dit Malek. Cependant, quelques scénarios ont prit le virage qui était un peu, eh bien, sombre...: "Robot prostituée" et "Transformers drogué". C'est là où les rédacteurs d'histoire ont devancé le veto d'Hasbro. "Voyons donc! C'est une série animée pour enfants! Nous vendons des jouets!" dit Malek. Et c'est ce qu'ils ont faits, vendre des jouets. "Je pense que j'ai compté 104 personnages au moment où nous avions faits ces 65 premiers épisodes," dit Malek. "Nous avions un nouveau personnage pour pratiquement chaque épisode de la série animée." Certains des scénaristes citent des demandes spécifiques d'Hasbro (comme les Dinobots et les Insecticons devait être présenté durant les 13 premiers épisodes) qui ont en réalité aidé à nourrir leur créativité. "C'était du genre "Par ici! Mettez ceci dans une histoire!" dit Malek. "C'était très excitant et intéressant de le faire de cette façon."

Cependant, quelques fissures ont commencé à apparaître dans la relation entre Sunbow/Hasbro et l'équipe d'écriture de Marvel Productions vers la fin des 65 premiers épisodes. Ça a commencé dès que Sunbow a engagé Dille à intervenir et à aider les rédacteurs des histoires actuels. Après tout, la série obtenait de superbe côte d'écoute et les jouets se vendaient très bien. "Ils avaient toutes les bonnes raisons au monde de se demander qui est ce gars importun introduit par l'agence de pub," dit Dille. "Je suis entré ressemblant au gars en costume noir comme dans tous les films de guerre. Ce n'est pas comme s'ils faisaient quoi que ce soit de mal."

Quand Malek a quitté la série animée après les 65 premiers épisodes et que Dille s'est trouvés impliqué dans la conception de "Les Transformers: Le Film", "il a remarqué que Wise, le scénariste étoile de la série animée, n'avait pas été assigné à aucun scénario pour le lot suivant d'épisodes." Je pense qu'il l'a toujours pris personnellement et ce n'était pas sensé être de cette façon, "Dille dit." Sunbow n'avait pas toujours raison sur tout, "Wise dit." Quand il me flattait pour que j'écrive [les épisodes en trois parties de 1987] La Renaissance [The Rebirth], Sunbow m'a envoyé une pile énorme de courrier des fans. Ils disaient tous la même chose: Pourquoi David Wise n'a pas écrit "Les Transformers: Le Film"? Et j'étais comme, Ouais! Pourquoi ne l'ai-je pas fait? "Mais, Wise n'a aucune rancune." Je suis heureux de ne pas l'avoir écrit," dit-il." d'entendre Flint en parler, ça semblait avoir été un cauchemar."


• Extrait vidéo en Doublage France de Les Transformers: Le Film (1986)



4. Le Film… et la Naissance de la vrai Franchise
Au printemps de 1985, Flint Dille a rencontré le directeur de la création Jay Bacal de chez Sunbow. Il avait un brouillon du film des Transformers. C'était incompréhensible et il voulait l'aide de Dille pour le fixer. Ces deux là se sont assis et ont réécrit le scénario ensemble. "Nous avons commencé à la page un et avions un scénario à 100 pages une semaine plus tard," dit Dille. "Nous avions ce que nous pensions être le plus brillant scénario jamais écrit par quelqu'un." Sous-titré "Le Secret de Cybertron," le scénario tournait autour des Autobots essayant d'utiliser la Matrice de Commandement pour permettre à la planète des Transformers Cybertron de prendre vie afin de pouvoir lutter contre le mal qu'était Unicron, de taille d'une planète, qui était en réalité le frère de Cybertron. "Nous pensions que c'était l'idée la plus intéressante au monde," dit Dille.

Cependant, "Le Secret de Cybertron" n'était pas dû pour se faire. Les représentants d'Hasbro n'étaient pas chaud du scénario et il a subi de nombreuses révisions, avec des idées de version diverse étant combiné et rejeté constamment. Dille estime qu'il a contribué à au moins 20 versions. La version de l'histoire qui allait devenir le scénario final a été conclue pendant une réunion épique de 24h, où divers écrivains débattaient l'histoire et Dille se trouvait par terre, fumant comme un pompier, se levant pour taper la scène occasionnel.

Malgré ses efforts, Dille et les autres scénaristes finaux n'ont pas reçu le crédit pour le scénario. Grâce à un accord négocié beaucoup plus tôt, le scénariste original Ron Friedman a reçu tout le crédit sur le film final. À l'époque, Dille ne s'en souciait pas trop. "Vous devez comprendre, aucune partie de moi n'a cru que 30 ans plus tard, j'en parlerais toujours," dit-il. "Nous avons pensé que ceci était un certain produit éphémère." Mais, Dille nie avoir traité le projet cyniquement. "Nous l'avons traité comme un sport sanguinaire. Nous nous sommes vraiment souciés de ce que nous faisions." Le projet, dit-il, était simplement un parmi beaucoup d'autre dont il était profondément commis à l'époque.

"Les Transformers: Le Film" a servi à un autre but au-delà d'amuser les enfants. "Nous savions que nous essayions de remplacer la gamme de jouet de 1984-1985 avec la gamme de jouet de 1986," explique Dille. "Donc la gamme de jouet de 1984-1985 furent anéantie." Dille dit qu'ils n'avaient aucune idée comment les morts de tant d'Autobots allaient dévaster leurs jeunes fans. Après tout, d'un point de vue financier, "Ils ont été arrêtés. Ils devait partir." C'était encore pire dans la version "Le Secret de Cybertron", où la plupart des bons Autobots étaient anéantis dans une attaque de style "Charge de la Brigade Légère". "Ça aurait pu avoir jeté quelques enfants par terre de voir leur ensemble de jouets entier être abattu dans une charge futile."

La mort d'Optimus Prime/Optimus Primus dans 'Les Transformers: Le Film' restes une cicatrice profonde sur le psychisme de beaucoup d'enfants des années 80 et Dille sympathise avec eux. "J'ai pensé [à Optimus] comme John Wayne, je l'ai écrit comme John Wayne," dit-il. Quand Dille a écrit la scène mortelle, il a revu le film de 1960 avec Wayne 'The Alamo' et a modelé Optimus à partir de Wayne de ce film. "Je me le suis rappelé le tir-pour-tir," dit-il. "Ça avait traumatisé mon enfance. Je me suis rendu compte plus tard que j'ai fait la même chose à une nouvelle génération d'enfants."

David Wise comprend la décision d'Hasbro d'hacher ce robot aimé. "C'était un jouet," dit-il. "Chaque enfant qui a voulu un Optimus Prime/Optimus Primus avait celui-ci. Ils ont dû leur vendre quelque chose d'autre. Si j'étais une entreprise de jouet, je le ferais aussi. Je ne pense pas qu'ils avaient un indice comment il était si populaire." Ce n'était aucunement surprenant qu'un futur scénario d'épisode de la série animée à la TV allait ressusciter ce héros noble. Mais, Dille n'a aucun regret. "Je ne pense pas qu'aucun d'entre ne fut préparé à la réaction que créerait le décès d'Optimus," dit-il. "Je maintiens aussi que 'Les Transformers' ne serait pas ce qu'ils sont maintenant si nous n'avions pas tué Optimus. C'était le moment où une génération entière s'est rendu compte combien ils tenaient à Optimus Prime/Optimus Primus."


5. L'héritage
30 ans après que le début de 'Les Transformers', Wise continue toujours d'avoir l'attrait des jouets originaux: les enfants savaient transformer une voiture en robot mais pas les adultes. "Si jamais vous observez un enfant jouant des Transformers avec un adulte, l'enfant sera en charge," dit-il. "Les enfants adorent ça." Tandis que les enfants étaient fous des jouets et la série animée, Wise n'est pas timide d'admettre que beaucoup d'adultes ont détesté la série... et ils n'ont pas hésité à lui faire savoir.

Bien sûr, tout comme plusieurs adultes aiment les Transformers de nos jours comme des enfants, qui est quelque chose que Bryce Malek ne comprend pas. "Pour être parfaitement franc, je n'ai pas été amoureux de la série animée," dit-il. "Je ne comprend pas vraiment ce que les gens apprécies concernant 'Les Transformers'." Pour lui, éditeur d'histoire sur 'Les Transformers' était un travail et il l'a pris parce qu'ils lui ont proposé. "J'ai aimé y travailler et j'ai aimé les gens avec qui j'y ai travaillé," dit-il. "Et c'est tout. J'étais sur quelque chose d'autre." Cependant, il ne peut pas s'empêcher d'être impressionné par la communauté de fans passionnés qui a grandi autour de cela et les fans qui lui posent des questions spécifiques sur des épisodes qu'il a longtemps oubliés. "Vous ne savez jamais sur quoi vous allez être célèbres puisque" dit-il. Malek a laissé l'industrie TV derrière lui quand le travail s'est tari au début des années 90. Aujourd'hui, il est psychologue pratiquant. "J'estime toujours que c'est mon karma pour avoir ruiné l'esprit de tant d'enfants," plaisante-t-il. "Maintenant je dois les réparer."

• Vidéo en Doublage Québécois officiel du film "Transformers 3, La face cachée de la lune" (2011)


Tandis que Malek n'a pas particulièrement de forts avis sur les nouveaux films réalisé par Michael Bay, Wise a un os à débattre avec l'incarnation cinématographique actuelle d'Optimus Prime/Optimus Primus. Étant donné qu'il a utilisé son célèbre épisode "'59: La guerre du passé (War Dawn)' pour dénoncer contre les héros "fasciste" comme Rambo, il n'est pas d'accord avec la brutalité d'Optimus Prime/Optimus Primus à exécuter Sentinel Prime dans 'Transformers 3: Face cachée de la lune [Transformers: Dark of the Moon]'. "Optimus doit être Abe Lincoln," dit-il. "Il doit avoir aucune malice vers aucun. Et Abe Lincoln ne se lève pas pour foutre une balle dans le derrière d'un gars parce qu'il est un renégat.

Il n'a pas trop de choses agréables à dire sur le reste des films, non plus. "D'un point de vue d'écriture, les dessins animés ont tellement plus d'histoire et de personnages qui ne sont même pas drôle." Et Wise, qui a aussi fait la version animée des iconique 'Tortues Ninja [Teenage Mutant Ninja Turtles]', a un message pour Michael Bay: "Laissez mon truc tranquille!" Quant à la montée actuelle en popularité? "Franchement, je souhaiterais qu'il y aurait une certaine façon qu'il pourrait être monétisée," rit-t-il, allant de la ligne entre la plaisanterie et la vérité. Cependant, il est heureux avec l'héritage de la série animée. "Les fans sont supers, j'adore les rencontrer. J'ai eu quelques expériences étonnantes."

Dille a une théorie à lui pour lequel 'Les Transformers' continuent de toucher la corde sensible des adultes. "C'était le milieu des années 80 et nous avions une récession," dit-il. "Il y avait beaucoup de monde sans emploi. Nous avions une série animée qui était regardé par des chômeurs, des pères qui étaient à la maison l'écoutaient avec leurs enfants. Nous avions essayé d'avoir un fil adulte et un fil d'enfant dans chaque épisode, quelque chose que Pixar est devenu dans une forme d'art pendant toute ses années." Lorsqu'il s'agit des nouveaux films, Dille les aime beaucoup et ne peut pas cacher une teinte de jalousie sur l'affiche pour TF4, qui affiche un Optimus Prime/Optimus Primus chevauchant le Dinobot Grimlock/La Menace. "C'est une idée hilarante," dit-il. "Si ça m'était venu à l'idée, je l'aurais fait."

Dille continue à être une voix dans tous les moyens de divertissement, écrivant pour les films, la télévision et les jeux vidéo. Son bébé le plus récent est 'Ingress', un jeu de réalité alterné de 'geomoble' massivement populaire. Comme avec 'Les Transformers', le jeu le voit marcher main dans la main avec des maîtres d'entreprise. "Il n'y a jamais eu de sens à faire des trucs qui sont des produits pour des sociétés qui limiterait d'une façon ou d'une autre ma créativité," dit-il. "Hasbro ne se souciait pas de ce que nous fessions tant et aussi longtemps que nous ne les mettions pas en situation d'être poursuivie en justice. Il voulait juste voir des séries animés intéressantes sur leurs jouets." Pour Dille, la clé du grand art (et de séries animés durables de transformer des robots) a appris à marcher dans la machine: "Il n'y a aucune partie de moi qui pense que je ne ferais pas ces trucs brillants si ce n'était pas pour les poulpes autoritaires du Capitalisme."

_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm


Dernière édition par superhomme le Mar 17 Jan 2017 - 16:47, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Les Transformers Le Film et le Grand Massacre des Jouets TF de 84-85 en 1986   Sam 27 Nov 2010 - 17:32

Les Transformers Le Film et le Grand Massacre des Jouets TF de 84-85 en 1986
Article du 26 Juin 2014 par: denofgeek.com, traduit en Français par moi Superhomme.
(Merci d'avance à ceux qui laisserons un commentaire (exemple: un merci suffit), vu l'effort de traduction que j'ai fait qui m'a pris plusieurs heures de mon temps pour votre plaisir de le lire, merci de compréhension. Wink)


(Appuyez sur les Images pour Agrandir!)



"Les Transformers Le Film" de 1986 a traumatisé une génération d'enfants avec un train saisissant de morts. Ainsi, cet article divulgue donc en détails "Les Transformers Le Film". Wink

Quand les parents ont amené leurs enfants pour voir "Les Transformers Le Film" en 1986, ils ne s'attendaient probablement pas tout à fait à tant de mort et mutilation. Mais dans un long métrage dérivé de la populaire série animée et  gamme de jouets d'Hasbro, le spectre de décès était partout; une des premières scènes à montrer les vils Décepticons détourner une navette spatiale d'Autobots et exécuter tous les héros à l'intérieur.

Il vaut la peine de garder à l'esprit, tout d'abord, que de la série animé de 'Les Transformers' qui était diffusé à la TV depuis deux ans à ce moment là, n'avait jamais éliminé aucun de ses personnages - bien qu'ils s'engagent souvent dans des bagarres prolongées et des batailles de fusil laser. Dans "Les Transformers Le Film", un certain nombre de personnages très aimés ont été non seulement tirés et tués, mais son de temps en temps tués de façon étonnamment graphique.

Durant le visionnement du film à bas âge, la majorité a été abasourdi par le tir fatal reçu par Prowl/Cervo - il était celui qui pouvait se transformer en une voiture de police - étant blessé au torse, ça lui a causé de prendre en feu où sa blessure et une fumé est sortir de ses yeux et sa bouche. L'expression général: "Ouah", ce film ne plaisante pas."

D'autres Transformers qui ont trouvé la mort dans "Les Transformers Le Film", incluant Brawn/Bruto, Ironhide/Rhino et son double en ambulance Ratchet/Mécano, Windcharger/Rapido et Wheeljack/Invento. Même le Décepticons n'ont pas sortie indemne; Mégatron et deux de ses vils pairs ont été mortellement blessé et changé magiquement dans de nouveau corps à l'apparence plus futuriste: Mégatron est devenu Galvatron, Skywarp/Fraudeur en Cyclonus et Thundercracker/Coup de Tonnerre en Fléo. L'hypocrite Starscream/Égo, qui avait pendant des années planifié d'usurper Mégatron de la chefferie, a finalement obtenu son sort bien mérité: il était détruit en petit morceau jusqu'à son corps tourne en cendre.

C'était tout de même un truc assez fort pour un film animé à l'époque. Mais c'était comme rien - rien - comparé au choc de ce qui est arrivé à Optimus Prime/Optimus Primus. Au milieu d'une bataille rangée qui a vu les Autobots mis hors d'état de gauche à droite, Optimus Prime/Optimus Primus s'est engagé dans un combat brutal avec Mégatron. D'abord, ça ressemblais à laconfrontation que nous avions déjà vu une douzaine de fois dans la série TV; beaucoup de répliques mémorable (en VF: Que le meilleure d'entre nous gagne!), des coups de poing et des tirs de rayon laser. Mais plus le combat avançait, plus il y avait des signes étranges que les choses étaient sur le point de mal tourner: Optimus Prime/Optimus Primus est d'abord poignardé dans la zone abdominale avec ce qui semble être un énorme éclat d'obus et ensuite par une épée laser. Mais alors quelque chose de choquant vient d'arriver empêchant Optimus Prime/Optimus Primus d'achever Mégatron... Mégatron en profite et tir sur Optimus Prime/Optimus Primus à plusieurs reprises dans le torse, le fessant tomber.

(Appuyez sur les Images pour Agrandir!)



Malgré ses nombreuses blessures, dans un dernier effort, Optimus Prime/Optimus Primus frappe fatalement Mégatron, avant de s'effondrer lui aussi. Bref, à la fin du combat, Mégatron et Optimus sont tous les deux effondré au sol. Mais Optimus Prime/Optimus Primus s'en sort? N'est-ce pas? Nonnnnn!!! Dans une scène qui a définitivement laissé sa marque dans les yeux grands ouverts des enfants dans la salle de cinéma, Optimus Prime/Optimus Primus meure sur une table d'opération, la Matrice de Commandement tombant de ses mains et suivi par sa couleur de peinture rouge vif de son corps s'effaçant pour devenir un gris maussade.

Du point de vue du fabricant de jouets Hasbro, éliminer tous ces personnages est venu d'une perspective d'économie simple: Optimus Prime/Optimus Primus, Ratchet/Mécano, Prowl/Cervo et leurs compatriotes fessaient toute partie de la gamme original de jouet Génération Un de 1984 et Hasbro voulait les remplacer par des nouveaux jouets brillants comme Kup/Kaisso, Blurr/Brouillo, Rodimus Prime/Rodimus Primus, etc. Quelle meilleure façon de le faire que dans le film Transformers à grand déploiement et à grand budget ?

Pour les enfants qui aimaient Optimus Prime/Optimus Primus, toutefois, le massacre des robots Transformers serait comme si Walt Disney aurait tué Mickey Mouse au milieu du film Fantasia. En fait, Hasbro a complètement échoué de prévoir comment les enfants - pour ne pas mentionner leurs parents épuisés - réagiraient à la mort choquante d'Optimus Prime/Optimus Primus. Dans un bref documentaire sur le DVD du 20e anniversaire de "Les Transformers: Le Film", le consultant d'histoire Flint Dille y exprimait sa surprise du niveau de chagrin que l'événement avait provoqué à l'époque.

"Nous ne s'avions pas qu'il était une icône," dit Dille, toujours apparemment déconcerté par la réponse. "C'était une émission de jouet. Nous avons juste pensé que nous éliminions la vieille gamme de produits pour la remplacer par de nouveaux produits."

Si Hasbro - et les fabricants du film - ont pensé que les enfants sortiraient précipitamment du cinéma à la recherche des nouveaux jouets dans le magasin le plus proche, bien ils se tromper d'aplomb.

"Les enfants pleuraient dans les cinéma," se rappelle Dille. "Nous avons entendu parler des gens qui ont quitté la salle projetant le film. Nous avons obtenu beaucoup de notes méchantes. Il y aurait eu un certain enfant qui se serait enfermé dans sa chambre à coucher pendant deux semaines."

Il y eu, cependant, une personne travaillant sur "Les Transformers: Le Film" qui a apparemment essayé d'éviter la mort d'Optimus Prime/Optimus Primus: le scénariste Ron Friedman. Déjà scénariste sur les séries animés à la TV de G.I. Joe et Les Transformers, on lui avait donné la tâche d'écrire le scénario du film des Transformers. En réalisant qu'Optimus Prime/Optimus Primus était la figure du père héroïque dans la famille Autobot, il a déconseillé à Hasbro d'éliminer le personnage.

"J'avais reconnu que je devais assigner des identités familiales aux personnages pour créer le facteur de reconnaissance qu'on besoin les jeunes," a expliqué Friedman dans un entretien de 2013 avec Todd Matthy. "Ils ne peuvent pas verbaliser ceci; c'est au-dessous de la surface. D'enlever Optimus Prime/Optimus Primus, physiquement enlever le père de famille, ça n'allait pas marcher. J'ai dit à Hasbro et leurs lieutenants qu'ils devront le ramener mais ils ont dit non 'ayant de grandes choses d'autres planifiées.' Autrement-dit, ils allaient créer de nouveaux jouets, plus chers."

• Galvatron: Sweeps/Raseurs, exterminer-le!
• Vue en vol des Sweeps/Raseurs tirant quatre cordes d'énergies (1 chacun)...
• ...qui attachent les bras et les jambes d'Ultra Magnus/Ultramag, le levant dans les airs l'immobilisant
• Vue en vol des Sweeps/Raseurs tirant chacun de leur côté...
• ...Ultra Magnus/Ultramag soufre et crie d'être tirée de tous les bords en même temps, jusqu'au moment fatidique d'être démembré.
• Les restes d'Ultra Magnus/Ultramag tombent au sol en pièces détachés.
• Galvatron récupère la Matrice Autobot.




Tandis que quelques amateurs de cinéma continuait de se demander pourquoi la mort d'Optimus Prime/Optimus Primus, ils devraient au moins être reconnaissants que "Les Transformers: Le Film" soit été plutôt moins violent qu'initialement planifié. Une des séquences dans le scénario décriait le nouveau chef Autobot Ultra Magnus/Ultramag étant déchiré par les acolytes volants de Galvatron, les Sweeps/Raseurs. [Vidéo à droite]

Aïe. La séquence sur vidéo à droite vous montre que l'idée est resté assez longtemps envisagé pour atteindre l'étape du 'storyboarding' et l'adaptation en bande dessinée de "Les Transformers: Le Film" par Marvel Comics: Ultra Magnus/Ultramag y reçoit une fin indigne. En réalisant clairement même en dessin, démembré un jouet robot est un peu trop pour un film familial, la scène a donc été changés pour que Ultra Magnus/Ultramag y soit simplement coincé et abattu par tir laser d'impitoyable Décepticons.

Les plus jeunes téléspectateurs auraient pu avoir été aussi doucement traumatisés par une autre scène qui avait été planifiée, mais jamais créée en fin de compte: une bataille dans lequel un groupe d'Autobots, désespérément en infériorité numérique et désarmé, fonçant directement contre une armée de Décepticons armés.

"[La scène] essentiellement balayait la gamme de produits entière de 1984 dans un massif 'charge d'une brigade légère' "se rappel Flint Dille. "Ainsi, quiconque n'avait pas cessé d'être vendu, trébuchait à la fin. Cette scène n'a finalement pas vu le jour dans le film. Mais si vous pensiez que les enfants s'enfermeraient dans une chambre à coucher à cause du décès d'Optimus Prime/Optimus Primus, essentiellement dans cette scène ils auraient vu leur collection de jouet entièrement anéantie."

Comme ce l'était, la répercussion contre la mort d'Optimus Prime/Optimus Primus était si féroce que les créateurs du film et de la série TV ont finalement dû s'adoucir et ramener le personnage des morts au début de la fin de la saison 3, au début de 1987.

La grande ironie de la mort d'Optimus Prime/Optimus Primus - et le reste des Transformers qui ont été tués dans le grand massacre de 1986 - est que, tandis que ces morts étaient une décision d'affaires, ça abouti à un film qui était quelque chose de plus qu'une publicité de jouet glorifiée. "Les Transformers: Le Film" n'était pas particulièrement un grand succès à l'époque mais après il est devenu culte - et, bien sûr, on parle toujours aujourd'hui de la mort du chef des Autobots. Ron Friedman, qui a essayé et a échoué d'empêcher Hasbro de tuer la figure paternel des Autobots, a appelé même sa mémoire "J'ai tué Optimus [I Killed Optimus]".

Après "Les Transformers: Le Film", Optimus Prime/Optimus Primus a été tué et revenu des morts tant de fois dans diverses émissions de télévision, de bandes dessinées et même des films en prise de vue réelle réalisé par Michael Bay... en faire un liste en prendraient un article en soi. Pour une génération de fans des Transformers, cependant c'était cette première mort en 1986 qui colle dans les esprits. Optimus Prime/Optimus Primus et des douzaines d'autres compatriotes robots peuvent être morts pour des raisons professionnelles, mais leurs morts ont provoqué une réponse émotionnelle que même Hasbro n'avait pas prévue.

_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm


Dernière édition par superhomme le Mer 8 Nov 2017 - 19:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: 10 choses que l'équipe de production et de voix anglaises derrière "Les Transformers Le Film" de 1986 nous apprend   Dim 28 Nov 2010 - 13:29

10 choses que l'équipe de production et de voix anglaises derrière "Les Transformers Le Film" de 1986 nous apprend
(Merci d'avance à ceux qui laisserons un commentaire (exemple: un merci suffit), vu l'effort de traduction que j'ai fait qui m'a pris plusieurs heures de mon temps pour votre plaisir de le lire, merci de compréhension. Wink)

Durant un événement en 2015 de projection de "Les Transformers Le Film" de 1986, le site Topless Robot a eu la chance d'y assister et il y avait en plus une session "Questions/Réponses" avec quelques personnes de l'équipe de production et de voix anglaises derrière "Les Transformers Le Film" de 1986 tel que Flint Dille (consultant de l'histoire), Wally Burr (directeur des voix) et les voix anglaises de Neil Ross et Michael Bell. Ils ont couvert plusieurs sujets tel par exemple Leonard Nimoy et Orson Welles, prêter leurs voix, d'avoir travaillé fort pour rendre les Transformers intéressant face aux GoBots et la mort d'Optimus Prime/Optimus Primus. Voici ci-dessous la traduction en Français que je vous ai faite de leurs "Questions/Réponses":


• Vidéo en anglais avec les scénaristes, acteurs, artiste sur TF et G.I. Joe


Voir: tfw2005.com, seibertron.com

A. Flint Dille
1. Rencontre avec le scénariste Flint Dille
Topless Robot: Quand vous avez rejoint l'équipe d'écriture de la série animée Transformers au milieu de la première saison, le niveau d'intensité de la série a augmenté radicalement. Était-ce quelque chose que vous aviez délibérément prévu de faire?

Flint Dille: Eh bien, je travaillais chez Lucasfilm sur une série animé appelé Droids et ça ne s'est pas passé si bien. (Rire) Alors Steve Gerber, l'écrivain de bande dessinée m'a appelé et m'a dit "Hé, vous devriez venir et travaillez sur G.I. Joe avec nous. Vous pouvez y faire cognez les personnages avec de vrai coup de poing!" Et même si c'était un temps où la télévision pour enfant était très réprimé, sur ces jouets, vous pouviez y échapper plus que d'habitude. Donc j'ai travaillé sur les G.I. Joe pour environ une année et ensuite les producteurs sont venus vers moi et m'ont dit "Nous voulons donner un peu plus de bordure à notre série des Transformers."

TR: Pourquoi ont-ils voulu changer le ton ?

FD: Les Tf rivalisaient contre un autre série de jouets appelé GoBots et c'était un combat assez dur. GoBots gagnait en réalité. Donc j'ai été amené spécifiquement pour être le gars qui aiderait à donner de l'avantage aux Transformers.

TR: Est-ce qu'Hasbro était ouvert quand aux décisions créatives comme cela ?

FD: Hasbro avait une idée totalement différente de la violence que les grands réseaux présentaient. Il voulait seulement vendre leurs jouets! Alors, ils nous ont pas mal laissés tranquille de faire ce qu'on voulait, sans limites, à part éventrer un personnage. (Rire) De ce point de vue, nous n'avions aucune surveillance. Ça ressemblait à une carte de "sortie de prison libre". Les gars chez Hasbro n'étaient rien d'autres que serviables. Quoi que ce soit que nous voulions, il nous le fournissait. Si nous étions confus à propos de l'échelle d'un nouveau personnage ou à quoi il pourrait ressembler, ils nous envoyaient des modèles de référence!


2. La mort d'Optimus Prime/Optimus Primus
TR: Est-ce que votre processus d'écriture a changé quand vous avez commencé à scénarisé le film comparé à la série animée à la télévision?

FD: Eh bien, ce fut le cas du point de vue que nous savions que cela allait être un très grand film. Bien sûr, le but du film était non seulement d'avoir quelque chose au cinéma, mais aussi d'y présenter la gamme de produits de l'année suivante. Qui a signifié que nous avons dû d'abord éliminer la vieille gamme de produits pour céder la place aux nouveaux jouets.

TR: Ainsi Optimus Prime/Optimus Primus devait mourir?

FD: Exactement. Nous nous ne sommes pas rendus compte que cela allait déranger quelqu'un! (rire) Mais je soutiendrais que ne l'avoir pas tué, nous ne serions pas là à parler de Transformers en ce moment. Cependant, nous n'avions aucune idée du sac de noeuds que nous allions ouvrir quand nous avons écrit ces scènes.

TR: Pouvez-vous nous parler de l'écriture de la scène mortelle?

FD : Eh bien, Gerber et moi avons essayé de comprendre comment tuer Optimus et nous avons probablement récrit cette scène au moins cinq cents fois. Et un jour, il me dit qu'il a un gars des bandes dessinées qui allait venir au bureau pour le déjeuner. Donc le gars entre et il travaille sur un certain livre de Batman puis nous commençons à parler de la mort envisagé pour Optimus. Et j'ai mentionné que je voulais le faire comme la mort de Davy Crockett dans l'Alamo. Vous savez, ce vieux film de John Wayne? Et le gars des BD nous dit, "avez-vous entendu parler des 300 Spartiates? Vous devriez le faire comme ça!" Et bien sûr, c'était Frank Miller.

TR: C'est étonnant.

FD: Ouais, c'est plutôt cool d'y penser.

TR: Vous avez écrit tant en animations qu'en films de prise de vue réelle. Quelle est la différence dans l'écriture pour les deux?

FD: Maintenant, avec le CG et les effets spéciaux, il n'y a aucune différence du tout. C'est le même médium. Je veux dire, il y avait des façons de faire d'habitude en animation que vous ne pouviez pas faire d'une autre façon. Maintenant vous pouvez. Par exemple, dans le temps quand vous écriviez pour un film TV en prise de vue réelle, vous ne pouviez pas juste écrire une attaque aérienne pour rapidement finir un épisode, parce que ce serait beaucoup trop cher. Mais si vous écriviez cela pour un dessin animé comme les G.I. Joe, vous pouviez finir chaque scène avec quelqu'un bombardant quelque chose! (rire) Maintenant, vous pouvez le faire en prise de vue réelle également. L'animation était le seul médium autrefois où vous pouviez faire cette sorte de truc fou.


3. Un accomplissement d'équipe
TR: Pourquoi pensez-vous que les fans répondent toujours à la série des Transformers si fortement?

FD: C'est juste vraiment amusant! Je veux dire, beaucoup de cela est juste une question de chance. Nous avons frappé cette fenêtre exacte au milieu des années 80, quand tous les bébé-boumeurs avaient des enfants. Nous avons en quelque sorte surfée sur cette vague. De plus, les Transformers semblaient si différents à l'époque. Nous avons vraiment essayé de faire de bons trucs. Et nous n'avons pas été inhibés par des réseaux ou des censeurs ou rien comme ça. Nous sommes juste allés faire nos trucs avec une équipe étonnante. Steve Gerber était un grand gars de bandes dessinées. Je veux dire, il a créé Howard le Canard! Vous pourriez soutenir qu'il était le meilleur écrivain de cette ère, ou certainement un d'entre eux. Il était sur une liste.

TR: Pouvez-vous nous parler de travailler avec le réalisateur Nelson Shin sur le long métrage?

FD: Oh, Nelson était super! Si vous regardez l'iconographie visuelle entière du film, c'est si incroyablement subtil et bien réfléchi sérieusement. Il a fait un million de choses brillamment. En l'observant de nouveau tandis que nous faisions le commentaire pour le DVD, j'ai trouvé que c'était fantastique. Il a dû réfléchir à toutes ces choses, parce que nous ne l'avions certainement pas fait dans la série animée. Nelson y en a apporté une tonne. Mais avec ce film, la paternité et la propriété à chaque niveau sont divisées entre vingt mains. C'est vraiment un accomplissement d'équipe.


4. La connexion de Jack Kirby
TR: Étiez-vous un fan de science-fiction avant de devenir un écrivain?

FD: Oh ouais. Depuis que j'étais un enfant. Mon grand-père, John Dille, était un des auteurs de la bande dessinée de Buck Roger, donc j'étais en quelque sorte né dans la science-fiction. C'est un problème génétique. (rire)

TR: Vous avez mentionné Steve Gerber et Frank Miller. Étiez-vous un grand lecteur de bandes dessinées?

FD: j'ai bien lu des bandes dessinées durant l'ère où vous étiez soit un gars Marvel ou DC. En tant qu'enfant, j'étais peut-être un peu plus un fan de DC, mais au moment où je suis arrivé au secondaire (lycée), je ne lisais plus aucunes bandes dessinées. Ensuite après l'université, j'ai rejoint ce métier et tout à coup, je travaille avec tous ces gars de bandes dessinées! En fait, pendant ma première semaine dans l'entreprise de production appelée Ruby-Spears, mon patron m'a envoyé aller travailler avec un gars nommé Jack sur une série d'action. Donc, je rencontre ce vieux gars nommé Jack. Et nous avons connectés en parlant de l'histoire, l'antiquité et les dieux antiques. Des trucs comme ça. Et environ au milieu de la deuxième semaine, il m'a dit "Vous savez, quand j'ai créé le Capitaine América…" Et je me suis rendu compte, c'est Jack Kirby! C'était tardivement dans sa carrière et il faisait toujours des trucs, pas parce qu'il avait un besoin en particulier, mais juste parce qu'il aime le faire!

TR: Qu'elle est votre avis sur les films modernes des Transformers par Michael Bay?

FD: Je pense qu'ils sont juste bons. Je les regarde. Je les aime bien. Je sais que je ne suis pas censé, mais j'aime bien voir ce truc voler de cette façon. Je veux dire, niveau conception, j'ai quelques problèmes, parce que parfois je ne reconnais pas les personnages dans leurs formes utilisés. Ils sont différents de ce que nous faisions, mais ils sont leur propre version valable de cela. J'aime le fait qu'ils existent.



B. Wally Burr
Wally Burr est un directeur, un producteur et un acteur dont son travail est dans l'animation, particulièrement sur la série animée légendaire Super-Friends à la TV au début des années 1970. Ayant joué à quelques reprises plusieurs personnages sur la série animée Les Transformers, il a servi comme directeur de voix de plateau lors du long métrage. Ici, il discute du travail avec la superbe distribution qui fessait partie du projet.

5. De Leonard Nimoy à Citizen Kane
Topless Robo: Leonard Nimoy est décédé le 27 février 2015. Et il avait prêté sa voix en anglais à Galvatron dans Les Transformers Le Film (1986). Pouvez-vous nous parler de comment c'était de travailler avec lui?

Wally Burr: Très professionnel dans la profession. Il est entré et était prêt à travailler. Je lui ai demandé si je pouvais lui donner le profil de ce que la série était, afin de l'aider à lui donner une vue d'ensemble. Et il a dit "Allez-y." Donc c'est ce que j'ai fait. Et quand j'ai eu fini avec l'explication complète, il a dit, "Bien, amenez votre directeur et faisons cela." (rire) Il ne s'est pas rendu compte que j'étais le directeur! Il doit avoir pensé que j'étais un assistant de production ou quelqu'un d'engagé par le studio pour tenir sa main jusqu'à ce qu'il soit prêt à être utilisé.

TR: Qu'en est-il d'Orson Welles? Il est venu avec toute une réputation, j'imagine.

WB: Avec monsieur Welles, j'étais intimidé à l'avance. Parce que si vous n'avez jamais entendu parler des moments avec lui derrière la caméra (entre les prises), il pouvait être assez dur. Et il avait le droit de l'être! Il pouvait regarder n'importe quel scénario et dire, immédiatement, je sais de quoi vous avez besoin ici. Le problème était qu'il ne voulait pas être dirigé. Mais quelqu'un devait coordonner ces sessions et c'est le travail du directeur des voix, nous coordinateur des rôles. Autrement, ils se chevaucheraient. Le directeur des voix garde les personnages au bon endroit, et ainsi de suite. Donc j'ai pensé que j'allais avoir beaucoup de problèmes avec monsieur Welles. Et je l'ai fait. À un moment donné, il était plutôt lent dans sa livraison, donc j'ai doucement dit "monsieur Welles, ça sonne bien. Je me demande si je peux vous demander de prendre du tempo juste un peu." Et il a dit, dans sa grande voix, "Je lis ceci aussi rapidement que je peux probablement. En outre, je ferai le désignant dorénavant." Eh bien, le directeur des voix d'habitude désigne de la cabine d'enregistrement.

TR: Qu'entendez-vous par désigne?

WB: Cela signifie de dire prise 22, prise 23, ou quoi que ce soit d'autre. Ça garde les enregistrements organisés. Ainsi en disant qu'il fera lui-même le désignant, Welles ne m'a laissé aucune raison de l'interrompre. Ainsi, pour corriger ses prestations lentes, Paramount avait un gadget qui pouvait enlever de petites tranches de l'audio et de mettre le reste ensemble de nouveau. Ça n'a pas changé son débit, ou ni donner une sonorité aigu (Chipmunks), mais ça tout de même accéléré environ de huit pour cent et c'était ce que j'essayais de lui faire faire depuis le début! Il est mort environ trois semaines après ce dernier enregistrement.


6. Le chant du signe de Scatman
TR: Les Transformers Le Film (1986) était dernier film avec Scatman Crothers aussi. Il avait fait beaucoup de travail de voix en animation dans sa carrière (en anglais). Aviez-vous travaillé avec lui auparavant

WB: Scatman et moi avions travaillé ensemble chez Hanna-Barbera sur Hong-Kong Phooey/Hong Kong Fou Fou, où il jouait un détective chien. Je n'avais même pas pensé à lui pour les Transformers, mais un de mes producteurs a suggéré que nous devrions lui faire essayer le personnage de Jazz/Saxo. Voici quelque chose que vous pourriez trouver intéressant. Scatman est décédé au milieu de la production des enregistrements de la série animée à la TV et puisque j'avais travaillé avec lui si longtemps, j'ai pensé à moi comme voix de remplacement pour imiter Scatman; (rire); "je pouvais le faire!" Donc j'ai fait ses trois dernières répliques, utilisant sa voix, après qu'il est décédé et personne ne s'en était rendu compte. Je ne voulais simplement pas essayer de trouver quelqu'un d'autre avec un même timbre de voix et de plus, je pouvais le faire moi-même. (rire)

TR: Après avoir travaillé sur la série animée à la TV des Transformers, y avait-il quoi que ce soit de différent des sessions d'enregistrement pour l'adaptation cinématographique?

WB: Nous avons pris beaucoup plus de temps à cause des célébrités impliqué. Vous devez prendre plus de soin avec eux. Vous leur envoyez des limousines. Et vous les enregistrez en solo d'habitude, plutôt que tout le monde ensemble comme d'habitude. Personnellement, je préfère faire des enregistrements en groupe, mais les célébrités ne veulent pas être dérangées pendant leur performance par un autre acteur. Ils sont là pour faire le travail, obtenir le cachet, merci beaucoup et au revoir. Mais certains d'entre eux viennent et veulent vraiment livrer leur meilleur travail. Judd Neslon, qui a joué Hot Rod/Météorite dans le film animé, est entré inquiet. Il a dit "je n'ai jamais fait ça auparavant, je n'ai aucune idée ce que je fais, s'il vous plaît tenez-moi par la main." Donc je lui ai montré exactement de combien de distance doit-on garder du micro et lui ai assuré que, autrement ce n'était pas grand chose. Et il a dit "Oh! Très bien!" et qui l'a immédiatement mis à l'aise.


7. La voix de noblesse
TR: Pour beaucoup d'entre nous, Peter Cullen est probablement l'acteur dont la voix anglaise est la plus célèbre dans la série, ayant joué Optimus Prime/Optimus Primus pendant des décennies. Qu'est-ce qui fait que sa voix est parfaite pour ce personnage?

WB: Nous auditionnions beaucoup de personnes pour la série et il auditionnait pour Optimus. Il ne l'avait pas encore, mais il était bien connu, donc il allait évidemment être un des meilleurs candidats. Et je le poussais assez durement durant cette audition. Et il est un grand gars, un maître de tout. Et il a dit "Wally, j'ai environ trente promos à faire pour ABC demain, pouvons-nous un peu relâcher un peu?" Et j'ai dit, "Si nous relâchons beaucoup et faisons d'Optimus juste un monsieur très agréable qui ne crie à personne, parce qu'il sait ce qu'il fait?" Et Peter a alors adouci sa voix et est devenu noble! Au lieu d'un patron criant, il était noble. Et il m'a crédité une fois à une convention quand quelqu'un lui a demandé comment il a créé le personnage. Il m'a pointé à l'arrière de la pièce. Il a été d'accord avec moi que nous pourrions l'adoucir, tout en faisant un personnage très fort. Et il l'a fait pendant plus de trente ans maintenant!



C. Neil Ross et Michael Bell
Neil Ross et Michael Bell sont des acteurs et des artistes de voix (en anglais) dont les décennies de travail tant en animation que dans les films en prise de vue réelle leur donnent une perspective unique sur l'industrie. Ici ils discutent de leurs contributions à Les Transformers: Le Film (1986) et réfléchit sur le pourquoi ça n'a jamais été aussi populaire.

8. La déchirure de la gorge c'est douloureux
Topless Robot: Vous avez tous les deux prêté votre voix à plusieurs personnages différents tout au long de Les Transformers: Le Film (1986). Aviez-vous des personnages en particuliers préférés à jouer?

Neil Ross: Oui, je pense. Mon préféré était nommé Springer/Ricochet. Il pouvait se transformer en hélicoptère à volonté et il était juste bon, amusant, un solide héros à jouer. Et il n'impliquait pas de déchirure de gorge.

TR: Déchirure de gorge ?

NR: (En train de parler avec une voix éraillée dur pour la gorge) "C'est à ce moment-là que certains personnages parlent comme ça!"

TR: Cela me blesse juste à entendre cela! Ainsi il y a un aspect physiquement difficile dans votre travail.

NR: Si vous faites assez de prises et qu'ils veulent vous faire crier assez fort, quelque temps après, ça peut vous arriver. J'hésite toujours à me plaindre parce que je sais qu'il y a des gens là-bas avec de vrais emplois, qui creusent des fossés. Mais cela peut être un peu une tension.

Michael Bell : Mon personnage préféré à jouer était probablement Prowl/Cervo, parce qu'il avait un sens de l'humour désabusé et il était un bon gars. Je veux dire, il n'était pas aussi énervé que le reste d'entre eux, mais il était le genre de héros que les acteurs aiment jouer. Dommage ils l'ont tué! (rire):

TR: Avez-vous aussi éprouvé des problèmes de déchirure de gorge?

MB: Eh bien, j'enseigne aux acteurs comment prêter leur voix en animation. Je le fait depuis des années. J'enseigne à des étudiants japonais qui arrivent par avion d'Osaka et Tokyo. Je les enseigne ADR et le doublage. Et ils doivent apprendre à faire ces voix extrêmes, les filles aussi. Et je leur enseigne que la voix vient du diaphragme, pas la gorge, ou vous pouvez vraiment vous faire mal. Je l'ai appris en me blessant.

TR: Qui le personnage avec le plus de défie que vous avez joué?

NR: Sur la série G.I. Joe, j'ai eu de la chance d'obtenir le rôle du personnage de Shipwreck/Naufragé, qui était juste un rôle si merveilleux à jouer. Vous voyez, la plupart des personnages dans cette série étaient soient très très bons ou très très méchants. Mais Shipwreck/Naufragé était en quelque sorte en conflit. Il voulait agir pour le bien, mais il n'était pas très bon pour suivre des ordres. Donc il essaierait de faire les choses à sa façon et s'attirerait des ennuis. Et les personnages comme ça sont vraiment très gratifiant à jouer.


9. Wally Burr et Orson Welles?
TR: N'avez-vous jamais travaillé avec le réalisateur du film, Nelson Shin, ou avez-vous été principalement dirigé par Wally Burr?

NR: Eh bien, Wally était dans la pièce avec nous pour la répétition. Mais quand nous enregistrions, il était dans la cabine, nous écoutait sur les haut-parleurs et nous dirigeant au travers la vitre. Je n'ai jamais rencontré Nelson Shin, le réalisateur. Nelson prenait les pistes des voix une fois complétées et les ajoutait à l'image. Donc, il n'avait pas besoin de nous rencontrer pour le faire. S'il avait une direction spécifique pour les personnages, il le communiquait à Wally et Wally nous les communiquait.

MB: Wally savait ce qu'il voulait. Il y avait peut-être vingt d'entre nous dans la pièce aussi grand que ma salle de bains. Nous enregistrions tous ensemble. À cette époque, vous ne pouviez pas téléphoner votre partie. Je préférais de cette façon, puisque vous pouviez réagir avec les autres acteurs, directement là. Maintenant, de temps en temps, Wally fessait une lecture de ligne, pour manifester comment il voulait que nous disions quelque chose et je l'arrêterais puis disais "Wally, ne nous donnez pas de lecture de ligne, nous sommes des acteurs!" On m'a considéré comme l'adjoint. Avez-vous entendu parler de Wally et Orson Welles?

TR: Non. Qu'en est-il d'eux?

MB: Wally m'a dit qu'ils amenaient Orson Welles dans le studio pour l'enregistrer. Et j'ai demandé si je pouvais être là. Et il m'a dit, c'est juste moi et l'ingénieur. Donc j'ai supplié, s'il vous plaît! Mais il m'a dit non. Alors plus tard, j'ai entendu dire qu'Orson Welles a donné une ligne et que ce n'était pas exactement la façon que Wally l'aurait voulue, donc on m'a dit que Wally a réitéré la ligne pour lui de la façon qu'il l'aurait voulue et Orson a arrêté sec et a dit, de sa voix en pleine expansion, "Wally, me donnez-vous une lecture de ligne?" Et Wally a dit, non, non! Ainsi quand Orson est mort pas longtemps après, j'ai étendu la rumeur que Wally Burr avait tué Orson Welles! (rire)


10. Plus grand que la somme des parties
TR: Pourquoi pensez-vous que la franchise est toujours si populaire?

NR: Ces séries ont été accusés d'être de la publicité de jouet d'une demi-heure, et pourtant, soit par hasard ou soit intentionnellement, ils ont embauché une équipe de producteurs, des scénaristes, des animateurs, des acteurs, des directeurs et le tout est devenu plus grand que la somme de ses parties! Et même s'ils le voulaient ou pas, ils ont fini par créer quelque chose beaucoup plus grand qu'une publicité de jouets. Le fait que nous sommes debout ici à en parler est la preuve de cela. Et ce film de 1986, il n'a pas fait de bruit autant que ce cela à l'époque. Mais au fil des ans, il a été redécouvert par les fans et il est maintenant quelque de prisé et admiré. Et je suis toujours stupéfait et très satisfait que les gens s'en rappellent. C'est merveilleux.

MB: Sans beaucoup de rebondissement et péripéties, les Transformers à la base ne sont que les bons contre les méchants comme histoire. En tant qu'enfant, c'est ce qui m'a attiré aux films. Je regarde les films classiques de Tarzan, avec Johnny Weissmuller. Il était bon! Et les méchants dans la jungle? Ils étaient méchants! Personne n'y avait de problèmes humains, pour ainsi dire. Finalement, ils ont commencé à ajouter cela dans les Transformers, qui étaient bien. Ils sont devenus un peu tendus. Mais essentiellement, nous étions les bons gars, ils étaient les méchants et les enfants pouvaient nous différencier. Il n'y avait pas de personnage qui a souffert d'ennui! (rire)

TR: Et finalement, quels sont vos avis sur les films de Michael Bay?

MB: Je n'en ai vu aucun. Ce n'est pas une question de protestation. Je suis entré en contact avec eux quand ils ont fait une première annonce qu'ils utiliseraient certaines des voix originales de notre série animée et j'ai pensé que cela semblé génial. Peut-être je pourrais revisiter mon personnage! Mais j'ai supposé qu'ils utiliseraient probablement une célébrité ou une figure sportive à la place. Après, ils me sont revenus et ont dit que mes personnages n'étaient pas là. Et j'ai dit d'accord, mais ça ne serait pas génial, puisque nous sommes tous des acteurs, si nous pouvions ramener les voix originales anglaises ensemble et vous pourriez nous avoir dans la rue pendant un des scènes d'action et ensuite nous pourrions faire partie du groupe ADR, qui serait un grand amusement pour les fans! Mais non. Ils n'ont pas été intéressés. Donc, je ne me suis jamais dérangé de les regarder. Sont-ils bons? (rire)

_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm


Dernière édition par superhomme le Sam 2 Juil 2016 - 14:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevue avec Ron Friedman, scénariste du 1er jet de Les Transformers Le Film (1986)   Jeu 20 Jan 2011 - 21:03

Entrevue avec Ron Friedman, scénariste du 1er jet de Les Transformers Le Film (1986)

Le 31 décembre 2013, le transfan Todd Matthy a réalisé une entrevue avec le scénariste de "Les Transformers: Le Film" (1986), soit "Ron Friedman". "Les Transformers: Le Film" (1986) nous a introduit avec de tous nouveaux personnages principaux et avons vu la mort de beaucoup des personnages favoris des fans, incluant le personnage principal Optimus Prime/Optimus Primus. L'entrevue offre des aperçus de l'approche de Friedman durant l'écriture du scénario et révèle ses réserves d'éliminer Optimus Prime/Optimus Primus. Voici un aperçu en français:

Durant l'été de 1986, les enfants ont été traumatisés quand Optimus Prime/Optimus Primus s'est sacrifié pour arrêter son machiavélique rival Mégatron. Mais en réalité, ce ne fut pas Mégatron qui appuya sur la gâchette, c'était plutôt le scénariste Ron Friedman. Ron Friedman a écrit le premier jet de scénario de "Les Transformers: Le Film" (1986) (Le final a été révisé par d'autres mais Ron Friedman a consévé le crédit unique dû à une clause de son contrat). Il a également écrit la mini-série en cinq parties qui a lancé les G.I. Joe. Il est même un ami proche de Stan Lee et a aidé Stan à développer le bloc de dessin animé "Marvel Action Hour", mettant en vedette Iron Man et les Quatre Fantastiques. Il a également écrit des épisodes de in the Family, Happy Days & Fantasy Island. En dehors de son métier de scénariste, Ron est aussi un architecte et un professeur à l'Université Chapman.


Voir: seibertron.com, denofgeek.com

En 2014, Ron planifie l'écriture d'une chronique/ses mémoires de son expérience comme scénariste avec le titre: "J'ai tué Optimus Prime/Optimus Primus". Le livre promet un regard fascinant dans les coulisses de la série animé qui ont défini l'enfance de toute une génération durant les années 80. Ron y parlera de sa carrière, son amitié avec Stan Lee, ce qu'il a pensée la 1er fois qu'il a vu les Transformers, comment Orson Welles est devenu Unicron et pourquoi il ne voulait pas tuer Optimus Prime/Optimus Primus.

Mais d'ici là, pour célébrer le 30e Anniversaire de "Les Transformers: Le Film" (1986), Ron Friedman revient sur l'écriture de ce film animé:
Optimus Prime/Optimus Primus était la figure transcendantal qui était ici la colle comme pour chaque légende ou histoire. Ce personnage transcendantal de grand-père, de grand-frère, votre champion et de tout ce qui est bon et digne. Il était le vrai centre de la famille Autobot. Qui était Mégatron ? Soit la pire figure parternel possible. Il surpassait le Roi John durant les jours de Robin des Bois. Qui était Starscream/Égo ? Il est Iago, le déloyal deuxième en hiérarchie, le mauvais oncle ou le petit frère qui convoite la femme de son grand-frère. Je reconnait que j'ai dû assigner des identités familiaux aux personnages afin de créer le facteur de reconnaissance pour que les jeunes les identifient . Ils ne peuvent pas les verbaliser; c'est au-dessous de la surface. D'enlever Optimus Prime/Optimus Primus ou on pourrait dire d'enlever physiquement le Père de la famille... ça n'allait pas marcher. J'ai dit à Hasbro et à leurs lieutenants qu'ils devront éventuellement le ramener mais ils m'ont répondu non car ils avaient "de grands choses planifiées." Autrement-dit, ils allaient créer de nouveaux jouets plus chers comme personnages.

Pour l'entrevue complète, appuyez sur ce lien ci-dessous (en anglais):
https://toddmatthy.com/2013/12/31/he-killed-optimus-prime-an-interview-with-ron-friedman-writer-of-transformers-the-movie/

_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Parlons en Français de David Wise: un des scénaristes qui a écrit 15 épisodes de la série animée "Les Transformers" (G1)   Mer 6 Avr 2011 - 15:46

Parlons en Français de David Wise: un des scénaristes qui a écrit 15 épisodes de la série animée "Les Transformers" (G1)
(Merci d'avance à ceux qui laisserons un commentaire (exemple: un merci suffit), vu l'effort de traduction que j'ai fait qui m'a pris plusieurs heures de mon temps pour votre plaisir de le lire, merci de compréhension. Wink)

• David Wise en bref:
David Wise est un écrivain/scénariste de série d'animation américaine pour la télévision. Il est peut-être mieux connu comme l'écrivain principal pour la série animée des Tortues Ninja de 1987, où il a écrit ou a co-écrit plus de soixante-dix épisodes (et édité les histoires de beaucoup plus). Il était aussi le seul scénariste le plus prolifique pour le dessin animé de Les Transformers, écrivain quinze épisodes en tout. Ses Apparences en Convention:BotCon 2004 + BotCon 2009

Voici sa bio présenté durant la convention BotCon 2004: David Wise est un des scénariste les plus prolifiques et à succès dans l'industrie de l'animation américaine. Il est mieux connu pour avoir développé la série animée des Tortues Ninja des années 80 (original), créant la plupart des caractérisations et marques déposées qui ont fait des Tortues Ninja un phénomène culturel. Wise a commencée ses propres films animés quand il avait huit ans. Ses films ont été montré dans le monde entier et ont gagné plusieurs récompenses. À l'âge de neuf ans, il faisait des cours sur l'animation et les bandes dessinées, avait même apparu sur plusieurs émissions de télévision nationales, avait écrit dans la plupart des magazines américains majeurs et avait été personnellement invité par Walt Disney à visiter les studios d'animation Disney. À dix-sept ans, il a vendu plusieurs histoires de science-fiction aux publications prestigieuses et à dix-huit ans, il a co-écrit un épisode de la série animée de Star Trek qui a gagné un "Emmy Award". Depuis, il a été scénariste, producteur et/ou rédacteur d'histoire sur des douzaines de séries animées, tel que Les Transformers, les Schtroumpfs, Batman: La Série Animée, Cadillacs et Dinosaures, Wild C.A.T.S., Mighty Ducks de Disney et les Tortues Ninja pour lequel il a écrit et éditée l'histoire de presque 100 épisodes. Il a écrit pour la série d'action réel tel que Quincy, Wonder Woman et Buck Rodgers puis a écrit et produit le film Beastmaster 3: l'Oeil de Braxas. Il a aussi donné des conférences sur le manga japonais et le dessin animé japonais à l'Université de la Californie à Los Angeles, le Musée de Santa Monica d'Art, Anime Expo Tokyo et ailleurs.


(Source: tfwikiSon entrevue audio en anglais)

○ Épisodes écrit par Donald F. Glut pour "Les Transformers (G1)":
• 20: L'attaque des Autobots (Attack of the Autobots)
• 25: Le jour des machines (Day of the Machines)
• 34: Les Microbots (Microbots)
• 43: Les voitures volées (Make Tracks)
• 46: Le secret d'Oméga Suprême (The Secret of Omega Supreme)
• 48: Kremzeek!
• 52: Club de danse (Auto-Bop)
• 54: La directrice (The Girl Who Loved Powerglide)
• 56-57: La clé pour Vecteur Sigma (The Key to Vector Sigma)
• 59: La guerre du passé (War Dawn)
• 60: L' Europa 2000 (Trans-Europe Express)
• 96-97-98: La Renaissance (The Rebirth)

○ Notes:
• Wise est un grand fan de la série "Doctor Who", et revendique avoir inséré la ligne "Renversez la polarité" quand il le pouvait durant son écriture; dans Les Transformers, c'est arrivé dans l'épisode "La Renaissance (Rebirth), partie 3". Alors que dans "La Renaissance (Rebirth), partie 2", un des Nébulons manifeste qu'ils doivent les "exterminer! exterminez!" les nouvellement créés Headmasters.
• Wise a été interviewé comme bonus dans les coffrets DVD anglophone américain de Les Transformers Saison 3 partie 2 et la Saison 4 distribué par Kid Rhino.
• Le personnage de Soji Yoshikawa porte le nom de l'animateur réel du même nom, qui était un collaborateur de Wise pendant l'époque qu'il travaillait pour DiC Entertainment.

○ Recyclages d'idées d'une série animée à une autre:
David Wise recyclait fréquemment des concepts et des idées de ses plus vieux travaux pour les utiliser dans des scénarios postérieurs. En conséquence, beaucoup d'éléments, de concepts et idées de Les Transformers sont apparue dans d'autres séries animées, particulièrement les Tortues Ninja tandis que beaucoup d'autres idées semblent avoir été conçu dans des séries animées précédente, comme Musclor et les Maîtres de l'Univers. Voici les histoires de Les Transformers qui ont été recyclées:
• 20: L'attaque des Autobots (Attack of the Autobots) — Recyclé pour l'épisode des Tortues Ninja "le Slash - la méchante Tortue de la Dimension X" (spécifiquement la séquence de poursuite de fusée).
• 25: Le jour des machines (Day of the Machines) — Recyclé de Musclor et les Maîtres de l'Univers, l'épisode "Jour des Machines (Day of the Machines)" (spécifiquement le programme informatique qui prend le contrôle des autres machines). Plus tard recyclé pour les Défenseurs de la Terre, l'épisode "Audie et Tordent (Audie and Tweak)" (spécifiquement le vil ordinateur - représenté par un visage laid gigantesque sur écran - qui contrôle à distance ou influence d'autres machines et nargue les héros quand ils entrent dans sa tanière), les Nouvelles Aventures de Speed Racer, l'épisode "le B.O.S.S." (spécifiquement un vil système informatique contrôlant d'autres machines en plaçant des dispositifs de commande éloignés sur eux) et les Mighty Ducks, l'épisode "le Retour de Docteur Droid (The Return of Dr. Droid)" (spécifiquement un vil ordinateur qui prend le contrôle de diverses machines et les fait attaquer les héros).
• 34: Les Microbots (Microbots) — Recyclé de Musclor et les Maîtres de l'Univers, l'épisode "Jour des Machines (Day of the Machines)" (spécifiquement la séquence où un personnage est rapetissé et pénètre dans une machine pour la réparer & saboter). Recyclé de nouveau pour les Tortues Ninja, l'épisode "Shredder et bris d'éclats (Shredder & Splintered)".
• 48: Kremzeek! — Recyclé de Musclor et les Maîtres de l'Univers, l'épisode "Jour des Machines (Day of the Machines)" (spécifiquement le petit monstre à base d'énergie qui cause des ennuis). Plus tard recyclé presque entièrement pour l'épisode des Tortues Ninja "La grande attaque de ZIPP (The Big ZIPP Attack)" et encore une fois pour les Mighty Ducks, l'épisode "Attaque d'élimination (Zap Attack)". Aussi recyclé pour les Défenseurs de la Terre, l'épisode "Audie et Tordent (Audie and Tweak)" (spécifiquement l'ordinateur des héros bredouillant absurdement après avoir été affecté par une force extérieure).
• 52: Club de danse (Auto-Bop) — Recyclé pour les Tortues Ninja, l'épisode "Commando d'entreprise de la Dimension X (Corporate Raiders from Dimension X)" (spécifiquement les bandits faisant un lavage de cerveau aux gens de New York pour construire un dispositif du jugement dernier via une fausse affaire).
• 54: La directrice (The Girl Who Loved Powerglide) — Recyclée pour les Tortues Ninja, l'épisode "Pauvre petite Tortue Riche (oor Little Rich Turtle)" (spécifiquement chaque personnage, motivation et l'ensemble du décor).
• 60: L' Europa 2000 (Trans-Europe Express) — Recyclé des Tortues Ninja, l'épisode "Chauffeur adolescents de bolide de la Dimension X (Hot Rodding Teenagers from Dimension X)" (spécifiquement la machine météorologique qui devient hors de contrôle et doit être détruit en plein ciel).
• 98: La Renaissance (Rebirth), partie 3 — Recyclé des Tortues  Ninja, l'épisode "Shredder et bris d'éclats (Shredder & Splintered)" (spécifiquement les circonstances où Galvatron et le Seigneur Zarak se querellent sur la chefferie étant presque identiquement réutilisé pour Krang et Shredder, tout droit dans le dialogue, "Nous verrons bien...").



• Entrevue en Français avec David Wise:
Article d'abord posté en 2004, ré-afficher sur RealmCast en 2010 et aussi le 15 Février 2012 sur Geewunner.com, par Austin Welch de Geewunner.com, traduit en Français par moi Superhomme.
• Pré-face à l'entrevue: Le transfan Austin Welch a fait cette entrevue avec David Wise (un des scénariste de "Les Transformers" (G1)) peu de temps après l'avoir rencontré à la convention annuelle Transformers "BotCon" en 2004. Son emploi du temps était trop serré à ce moment là pour s'asseoir avec Austin Welch durant l'événement. David Wise a eu la gentillesse de répondre un peu plus tard à ses questions via courrier électronique. David Wise en bref: N'importe quel transfan vous dira qu'il est celui responsable du plus grand nombre de scénarios pour la série animée "Les Transformers" (Génération 1). Ainsi que la qualité de ses épisodes on marqué les esprits, étant même bien au-dessus de ceux de ses collègues scénaristes. Si ça vous dit, voyez ces crédits en carrière en tant que scénariste sur Imdb. Durant le panel au BotCon 2004 de la série animée Les Transformers (G1), il y avait évidemment le scénariste David Wise, le rédacteur d'histoire Bryce Malek, le producteur Flint Dille, le scénariste/producteur Paul Davids et le directeur de voix Wally Burr.

• Voici l'entrevue:
Austin Welch: Quels sont vos plus grandes influences de votre travail, soit la science-fiction ou en général?

David Wise: Presque tout ce que j'aime est une influence, mais quand j'étais enfant j'étais absolument dingue de King Kong et des films de Ray Harryhausen (Le Septième Voyage de Sinbad, Jason et les Argonautes, etc), qui m'a en fin de compte mené autant vers l'animation que la fantaisie. J'étais aussi un énorme fan du film la Planète interdite, qui m'a mené vers la science-fiction. Et j'étais totalement fan aussi du milieu des années soixante des bandes dessinées de Marvel Comics, où Stan Lee a combiné le mélodrame et l'humour intelligent gros malin en fondant le tout dans le monde réel quotidien. Ces bandes dessinées ont probablement influencé mon écriture plus que tout - ils ont certainement influencé mon travail sur les Tortues Ninja. Au moment de l'écriture de Les Transformers, j'étais vraiment emprise des films Mad Max - qui est démontré dans les épisodes 56-57: La clé pour Vecteur Sigma (The Key to Vector Sigma) où le Stunticons qui font passer un sale quart d'heure Autobots comme une boule de quille. C'était ma tentative de faire la scène de carnage automobile de Mad Max.

AW: Comment avez-vous obtenu l'offre de travailler sur Les Transformers (G1)?

DW: J'étais brièvement une sorte de consultant de production & scénaristique pour Marvel Productions sur le G.I. Joe. Je n'ai jamais vraiment eu un titre réel. Sunbow Productions produisait les scénarios des G.I. Joe et ils venaient extrêmement long parce que Sunbow voulait pratiquement chaque figurine|personnage G.I. Joe **tousse** dans chaque épisode. J'ai soutenu que ce serait mieux de se concentrer simplement sur un ou deux personnages par épisode - les scénarios seraient plus courts, les histoires seraient meilleures et les enfants seraient davantage émotionnellement relié avec les jouets. J'étais évangélique de cela: personnage, personnage, personnage! Ainsi Griffon-Bacal et Sunbow ont accepté; les scénarios ont commencé à entrer plus court et je m'étais mi moi-même sans emploi! Margaret Loesch de Marvel Productions m'a dit qu'elle m'a voulait que j'écrive des scénarios pour un autre série animée qu'ils faisaient, Les Transformers. Marvel produisait les scénarios pour cette série. J'ai entendu dire que Jay Bacal aurait dit quelque chose comme, "Donc David Wise va écrire pour les Transformers? Nous ferions mieux de commencer à voir quelques bonnes histoires des personnages!"  J'étais comme, "Oh, merde, dans quoi me suis-je embarqué?" Mais ça s'est bien déroulé.

AW: Avez-vous eu un ou des personnages favoris que vous aimiez écrire?

DW: Optimus Prime/Optimus Primus, toujours. Le plus grand personnage de chef, à vie. Il était une flèche droite et totalement carré - le type de personnage de la vieille école dont je me moquais d'habitude - mais je l'ai juste aimé. Je l'ai tellement aimé, que je l'ai englobé dans les épisodes "96-97-98: La Renaissance (The Rebirth)", bien qu'il n'y ait aucune place réel pour lui dans l'histoire principale. J'aimais aussi Bumblebee/Bourdon. Je le voyait comme un petit type bagarreur qui ne renoncerait jamais peu importe quoi. Et Perceptor/Percepto aussi!

AW: Les acteurs disent souvent que les méchants sont plus amusants à dépeindre. Sont-ils plus amusant à écrire aussi?

DW: C'est comique, le jour après que je suis rentré à la maison de BotCon 2004, je pensais à comment je trouvais les Autobots plus mémorable que le Décepticons. J'ai constaté que je trouvais les vilains TF un peu virulent et méchant du jour. C'est pourquoi, si je pouvais trouver un moyen de mélanger les choses un peu, montrer les vilains dans une lumière différente, j'allais toujours vers cela. Dans l'épisode "54: La directrice (The Girl Who Loved Powerglide)", j'ai aimé écrire Mégatron et les autres tout déconcerté par cette adolescente. Et nous lui voyons certainement un peu plus de dimension dans l'épisode "59: La guerre du passé (War Dawn)". Une chose que je n'aimais pas était la rivalité entre Mégatron et Starscream/Égo. Je n'aime pas les querelles entre vilains - ça encoche leur menace. Plus ils se battent entre eux, moins ils menacent les héros. Plus, ça fait ressembler Mégatron à un chef moins efficace s'il ne peut pas aligner ses subalternes. Mégatron était un grand méchant, mais je pense que ça fonctionnait mieux avec Shockwave/Onde de Choc. Shockwave/Onde de Choc voyait souvent les choses plus clairement que Mégatron, parce qu'il a moins d'ego, tandis que Mégatron a toutes les meilleures capacités de chefferie. J'estimais toujours que si Mégatron se serait tu et juste écouté les conseils de Shockwave/Onde de Choc de temps en temps, les Décepticons pourraient avoir gagné!

AW: Il a été dit qu'Hasbro invoquait très peu de restrictions durant la production. Pouvez-vous nous donner un peu des détails sur cette liberté créative?

DW: Surtout, je me rappelle que c'était agréable de juste pouvoir écrire des scènes d'actions sans avoir un comité d'un télédiffuseur se jetant moralement sur nos écrit tout le temps. Dans le cas de mon travail sur Les Transformers (G1), je pense que ça a abouti à certains truc juste complètement bizarre que vous ne pourriez pas avoir fait sur un autre série (non-syndiqué) - l'épisode "52: Club de danse (Auto-Bop)" me vient à l'esprit, avec ces femmes au foyer en peignoir de bain armé de mitraillette à rivet! Ou ayant Télétran 1 citant George Orwell en 1984 et Ulysse de James Joyce dans l'épisode "48: Kremzeek!". Et certainement que l'épisode "59: La guerre du passé (War Dawn)" aurait été beaucoup trop violent et sombre pour une exclusivité sur un réseau télévisé (non-syndiqué). Cela en dit beaucoup, il y avait des temps où je devais faire une certaine autocensure. Dans l'épisode "48: Kremzeek!", quelqu'un voulait que le petit démon d'énergie morde dans des câbles d'alimentation et aspire l'électricité, que j'ai refusé de faire parce qu'il serait trop facilement imité par les enfants plus jeunes observant l'émission.

AW: En tant que série animée pour enfant, y avait-il un effort de morale occasionnelle ou donner la leçon dans les scénarios?

DW: Beurk! Quand j'entends l'expression "des valeurs pro-sociales", j'atteint mon batte de baseball. Je déteste bloquer des morales dans la gorge des enfants. Les enfants sont beaucoup trop intelligents pour cela et peuvent découvrir quand on les amadous en parlant à un kilomètre. Maintenant après avoir dit ça, est-ce que nos histoires ont du contenu de valeurs pro-sociales? Absolument. Y avait-il des leçons à retenir, bien sûr. Mais ils apparaissaient naturellement dans les histoires sans être forcé. S'il y a une chose que je ne peux pas supporté, c'est frapper un enfant sur la tête avec une morale. Les enfants le détestent aussi et tant mieux pour eux. Donc si une morale ou une leçon était cohérente au matériel de l'histoire, je lui donnerais le moment pour apparaître. Mais le forcer dans un scénario?  Jamais.

AW: Vous étiez le scénariste le plus prolifique sur Les Transformers. Est-ce c'était parce que les producteurs appréciaient votre travail ou que vous aimiez assez écrire pour Les Transformers que vous avez continué de pondre des scénarios?

DW: Tous les deux. Je pense que les raisons principales que j'en aient faite plusieurs étaient 1) mes scénarios vont d'habitude tout droit à la production, avec de minime ajustement de la part du rédacteur d'histoire et 2) je suis vraiment, vraiment vite. Donc j'ai juste continué à les écrire jusqu'à il n'y avait plus rien à écrire! Mais la raison principal est que les rédacteurs d'histoire avaient la foi en moi. Ils savaient que mes scénarios seraient solides et pourraient être storyboardé sans maux de tête, parce que j'ai une compréhension immédiate de l'animation. Et je suis un fanatique de la structure solide dans une histoire. Je me souviens d'au milieu de l'épisode "48: Kremzeek!", j'avais un des petits Kremzeeks qui a sauter inaperçu dans un des troncs des Autobots, donc je pouvais faire un gag dans la scène finale. Après avoir lu quatre-cinquièmes de mon scénario, Dick Robbins (un des rédacteurs d'histoire) a dit à Bryce Malek (l'autre rédacteur d'histoire) "Il y a un Kremzeek qui a sauté dans le tronc de Blaster/Tempo dans l'Acte 2 et a été oublié dedans." Et Bryce dit, "Détendez-vous, c'est un scénario de David Wise." Deux ou trois minutes plus tard, Dick lui répond "Vous avez raison, il l'a réglé dans la dernière scène." Et l'autre chose était que j'aimais vraiment cette série animée et ces personnages puis je pense que cela reflétais dans mes scénarios. J'avais vraiment du plaisir quand j'écrivais la plupart d'entre eux. Je suis un passionné de robot géant depuis des années, depuis que Mattel a commencé à vendre ces jouets de Guerrier Shogun moulés sous pression de Popy dans les années 70. En fait, Go Nagai, l'artiste de manga qui a à peu près créé le genre de robot géant au Japon avec Mazinger Z, est un vieil ami. Donc je désirais faire Les Transformers parce que j'avais déjà été dans la passion des robots géants depuis de nombreuses années avant que la série n'ait été commencée!

AW: Dans divers épisodes, vous avez employé des procédés narratifs dont l'usage de science-fiction comme voyager dans le temps, des personnages rétrécit ou l'invisibilité. Est-ce que vous êtes un fan de ces classiques?

DW: J'ai assisté à l'Atelier d'Écriture de Science-fiction de Clairon quand j'étais un adolescent et c'est là où j'ai appris à écrire. Mes professeurs étaient des auteurs de science-fiction comme Frank Herbert, Harlan Ellison, Theodore Sturgeon, Robert Silverberg, Ursula K LeGuin et Samuel R. Delany. J'ai vendu plusieurs nouvelles avant que je ne devienne un scénariste pour la TV. J'ai lu beaucoup de science-fiction dans mon temps. Cela dit, il y avait très peu de science-fiction littérairement dans mes scénarios de Les Transformers. J'étais surtout influencé des films. La science-fiction dans les films est généralement plus muette, mais plus visuelle.

AW: Les Transformers sont construits autour du concept de machines intelligentes et dans l'épisode "25: Le jour des machines (Day of the Machines)", vous jouez à l'idée d'un super ordinateur qui a gagné une conscience propre à lui-même. Estimez-vous que ce thème est de plus en plus pertinent dans cet âge moderne, comme la technologie informatique devient de plus en plus sophistiquée chaque jour?

DW: En réalité, je pense que le thème est devenu totalement un vieux chapeau, pas seulement parce qu'il a été énormément utilisé (et par des mains de loin plus capables que les miennes), mais à cause de l'ordinaire total des ordinateurs. Le monde nouveau des ordinateurs? C'est une personne au foyer dans l'Idaho vendant ses trucs sur EBay. C'est un(e) adolescent(e) écrivant en direct à ses amis avec son téléphone portable. Nous pouvons faire des ordinateurs plus rapide, nous pouvons les faire tenir plus de mémoire, mais les rendre conscients? Nous en sommes encore éloigné. Je pense qu'on ira jamais à ce point. Les ordinateurs sont des machines et la mécanique est l'opposé absolu du conscient.

AW: Il y a plusieurs références musicales dans vos épisodes, y compris Abba, Michael Jackson, Prince et même Leslie Gore. Est-ce que vous êtes un grand fan de musique?

DW: J'ai fait une référence à Abba? Ouah, je ne m'en rappelle même pas! (Note: le mot 'Abba' peut être vu dans un auvent de théâtre pendant une des scènes de l'épisode "43: Les voitures volées (Make Tracks)". Ceci serait probablement donc plus la faute des animateurs et pas nécessairement M. Wise) Ouais, je suis un grand fan de musique., J'ai quelques milliers de CD dans mon bureau (pour ne pas mentionner les LP et même quelques 78!) et j'ai de la musique qui joue tout le temps. Au moment de Les Transformers, j'étais vraiment dans la nouvelle vague et le hip-hop, des gens comme Afrika Bambaata et le Grand-master Flash puis des groupes comme Heaven 17, Culture Club et New Order. Cela se montre dans les épisodes avecRaul, "43: Les voitures volées (Make Tracks)" et 52: Club de danse (Auto-Bop)". Très années 80! En fait, un titre entier d'un de mes épisodes était une référence à la musique: l'épisode "60: L' Europa 2000 (Trans-Europe Express)", dont le titre anglais est le nom d'un album par Kraftwerk.

AW: Beaucoup de vos épisodes contenaient des références subtiles, d'habitude pleines d'humour. Par exemple, le nom "Astoria Carlton Ritz" est une combinaison de noms d'hôtel célèbres. Était-ce un effort pour vous distraire ou votre public ou alors les deux?

DW: C'était surtout pour me divertir. Je me permettrais de faire de petites blagues tant que ça ne nuit pas à l'histoire. Je pense, si un ou d'autres personnes le comprennent, ce sera super. Ma blague la plus obscure était dans l'épisode "60: L' Europa 2000 (Trans-Europe Express)" - le nom du conducteur rival Augie Canay. Son nom de famille sonne de la même façon que le mot italien pour un chien. Donc Augie Canay est vraiment Augie Doggie! Je n'ai aucune idée ce qui m'a incité à en faire un.

AW: Êtes-vous responsables d'avoir introduit plusieurs personnages humains colorés dans la série animé: Raoul le voyou de la rue, la princesse gâtée Astoria et coureur automobile Augie Canay. Avec tant de personnages Transformers disponibles à choisir, pourquoi avez-vous senti le besoin d'inventer plus d'humains? Y avait-il un effort de maintenir l'élément humain, peut-être assurer que les enfants puissent mieux s'identifier à la série animée?

DW: Eh bien, souvenez-vous au moment où j'ai fait ces séries animées, j'avais déjà fait plusieurs épisodes "Que des robots". Donc j'ai voulu faire de nouvelles choses. Et j'ai estimé que des personnages humains amenaient certaines qualités dans les robots qu'un autre Autobot ou Décepticon ne pourraient pas. Il y avait un peu de logique à ceci. Les Autobots ont menés cette guerre avec le Décepticons pendant des siècles et maintenant elle a été amener sur la Terre. Donc le genre humain se retrouvent des témoins innocents pris entre deux feux. Comme scénariste, bien sûr que vous voulez que les Autobots soient moralement supérieurs au Décepticons, donc ils doivent être concernés du genre humain. Optimus Prime/Optimus Primus sens le besoin profond de nous défendre de cette menace, avec laquelle il se bat sur notre planète. Ceci est pour moi la marque d'un vrai héros - le gars qui vient à votre aide quand il n'y a rien pour lui à gagner à t'aider, qui peut en fait perdre quelque chose en vous aidant, mais qui le fait de toute façon. Sept Samouraï de Kurosawa est l'exemple parfait de ceci. Donc les Autobots doivent défendre le peuple de la Terre qui ne les comprend pas nécessairement ou se soucie d'eux, bien qu'il puisse leur en coûter chèrement dans leur guerre avec les Décepticons. Et pourquoi ces robots ont échoués sur la Terre si vous ne les interagissez pas avec les êtres humains? Plus, vous pouvez avoir beaucoup d'amusement avec le heurt de leur culture. J'aime quand Raoul se rend d'abord compte quand l'Autobot Tracks/Le Sillage est beaucoup plus qu'une simple voiture, ou quand les Décepticons essayent d'interroger Astoria! Je trouve que Spike/Laflàche et Sparkplug/Malabar peuvent être les personnages les plus ennuyeux dans la série et je les ai seulement utilisés quand c'était nécessaire! Il n'y avait rien dans ces personnages qui m'ont frappé comme étant particulièrement intéressant.

AW: Pourquoi avez-vous réutilisé le personnage de Raoul et sa relation avec l'Autobot Tracks/Le Sillage dans un deuxième épisode?

DW: Chose extraordinaire, Sunbow a demandé une suite! Apparemment, ils ont aimé la relation entre Tracks/Le Sillage et Raoul. J'ai décidé de construire l'histoire autour d'une boîte de nuit, parce qu'à l'époque ma soeur était VJ à un club célèbre de New York appelé Danceteria. C'est là où Dancetron provient. Un club de danse où la musique et les lumières vous hypnotisent - bon Dieu, c'est une des plus banal première de livre! Curieusement, Bryce Malek a pensé que l'épisode était très morne, je devine à cause de la misère mur-à-mur urbaine. J'ai pensé que c'était bien à montrer.

AW: À part avoir écrit beaucoup d'aventures passionnantes pour Les Transformers, vous avez aidé à créer un peu de la légende et l'histoire de la série. Vous avez créé Vecteur Sigma, qui deviendrait plus tard approprié à la série TV Beat Machines(Ang)/Mécanimaux(Qc)/Ani Machines(Fr) et nous a donné l'existence précédente d'Optimus Prime/Optimus Primus qui fut Orion Pax. Tandis que cela arrivait, avez-vous réalisé la signification, ou c'était juste une façon de faire avancer le récit?

DW: À l'époque, j'ignorais que j'étais le premier scénariste à écrire sur Vecteur Sigma; je pensais qu'il avait été utilisé dans des scénarios antérieurs parce que Sunbow m'a juste remis le concept. (Je n'ai jamais lu les scénarios de mes collègues en passant) Ils ont dit, "fait un épisode qui présente ces deux groupes, les Stunticons et les Aérobots puis oh, à propos, il y a ce grand ordinateur appelé Vecteur Sigma. Utilise ça pour les créer." Donc j'ai dit à Bryce, "qu'est un Vecteur Sigma?" Bryce a appelé Sunbow et a demandé "qu'est un Vecteur Sigma?" Ils ont dit que c'était l'ordinateur qui avait donné la personnalité aux Transformers. Bryce a rétorqué que ça doit ne pas très bien marcher parce que la plupart des personnages ont peu de personnalité! Il se référait ici au matériel de fond que l'on nous a donné sur tous les personnages: dans la plupart des cas, ils étaient décrits avec juste un ou deux mots - "jeune", "sombre", "snob", unidimensionnel comme ça - et c'était à nous de leur donner de vraie personnalité et caractérisation. Ainsi nous les scénariste étions les vrai Vecteur Sigma! J'ai basé en quelque sorte mon concept de Vecteur Sigma sur le superordinateur du livre "Le Guide du voyageur galactique (The Hitchiker’s Guide To The Galaxy)". Dans les épisodes "96-97-98: La Renaissance (The Rebirth)", j'avais Alpha Trion qui nous apprenait comment les paramètres de pensée de Vecteur Sigma étaient énorme - c'est toute la pure Pensée Profonde! Avec l'épisode "59: La guerre du passé (War Dawn)", j'ai vraiment l'impression d'écrire quelque chose de spécial et d'époque. En fait, le temps entier que je l'écrivais, j'avais peur que quelqu'un annule l'épisode parce qu'il était en conflit avec un certain élément de l'histoire déjà établi sur les Transformers que j'aurais ignoré. Dieu merci, ils ne l'ont pas fait. Le concept de l'épisode "59: La guerre du passé (War Dawn)" m'est venu de moi seul étant quelque peu dégoûté du succès du film "Rambo". J'ai vu beaucoup de jeunes garçons admirer ce personnage qui, soyons réalistes, est essentiellement un fasciste psychotique. Mais il a de grands muscles et armé jusqu'au dent, donc il doit être fantastique, n'est-ce pas? Ça m'a en quelque sorte rappelé l'admiration initiale qu'on eu les Aérobots des Décepticons dans les épisodes "56-57: La clé pour Vecteur Sigma (The Key to Vector Sigma)", enfin ce que j'ai pensé, "Si ces enfants naïfs pourraient voir la laideur derrière?" Donc j'ai inventé cette idée de les envoyé dans le temps au tout début de la guerre Cybertronienne. Eh bien, ce n'était pas assez pour eux de juste voir des robots indéfinissables être détruit, je savais qu'ils devaient se faire des ami(e)s, donc ils pourraient ainsi éprouver une perte personnelle. Ceci m'a immédiatement poussé à penser à un personnage qui serait détruit et reconstruit par Alpha Trion: comme Optimus Prime/Optimus Primus. Le tout est naturellement venu s'assembler d'elle même de cette prémisse. Bien sûr, à la fin de l'épisode, il y a Optimus Prime/Optimus Primus mitraillant Mégatron comme Rambo! Ça suis tellement ma "déclaration" ci-haut! Normalement, je déteste écrire sur le voyage dans le temps - c'est toujours un casse-tête parce qu'il y a tant de paradoxes. Mais avec l'épisode "59: La guerre du passé (War Dawn)", c'est venu parfaitement ensemble. J'adore comment les personnages dans le présent sont dans le même emplacement que ceux dans le passé. D'abord, vous les voyez dans ce dôme ruiné sur Cybertron, toute l'action du présent se déroule là. Et ils trouvent ce Gardien-Robot sans tête. Et ensuite à la fin, vous voyez les Aérobots dans le passé, tuez ce Gardien-Robot, faire sauter ce dôme et soudainement vous vous rendez compte que l'action dans le présent se déroule dans le même emplacement où l'action des millions d'années dans le passé est arrivée. Toutes les pièces vont ensemble comme un casse-tête. Quelques fans se sont plaints qu'Optimus Prime/Optimus Primus se seraient rendu compte depuis le début que les Aérobots était ceux qui l'ont sauvé dans le passé. Mon avis est que ses circuits de mémoire ont été perturbés quand Mégatron l'a tué sous son apparence Orion Pax et quelque peu instable après sa résurrection en tant qu'Optimus de cette époque. Et une fois qu'il fut reconstruit, je me suis assuré qu'il interagissait seulement avec les Aérobots que pour quelques secondes avant qu'eux ne retournent au présent. Oh et une dernière chose - la reconstruction d'Ariel en Élira Un n'était pas mon idée. Si vous regardez étroitement, vous pouvez voir que la phrase de dialogue a été ajoutée pendant la post-production.  Je suppose que ce fut l'idée de Sunbow.

AW: Pouvez-vous nous donner des détails sur vos plans et concepts qui ont été excisés quand vous avez dû réduire de cinq épisodes à trois épisodes au final pour "La Renaissance (The Rebirth)"?

DW: Si seulement je pouvais, mais il n'y a pas beaucoup de détails à donner. J'avais seulement écrit le plan de l'histoire, pas le scénario réel. Quand le mot m'est venu que ça serait une trois-partie, l'histoire de base resta la même, j'ai juste déployé plus soigneusement les grands lignes du plan. Il y avait initialement beaucoup plus de caractérisation des rebelles sur Nebulos puis le lien émotionnel entre eux et les Autobots. Tôt dans la partie un, il y en avait plus sur la relation de Daniel avec Arcee/Arcie. Il y en avait plus sur l'histoire sur Nebulos. La Ruche (les vils sur Nebulos) avait plus de caractérisation. Les choses étaient déployé un peu plus en douceur. Je pense d'abord la création du 1er Autobot Headmaster - le partenariat entre Daniel & Arcee/Arcie. Alors, quand les Nebulons et les Autobots ont vu comment ils était efficaces en équipe, ils sont allés de l'avant avec l'idée de créer plus d'Headmasters. Dans la version actuel, tout arrive très vite! Je crois que les Targetmasters en aurait eu plus à faire - ils sont été inséré après-coup au scénario final. Je n'ai pas tellement coupé de grands morceaux de l'histoire, j'ai juste compressé et jumellé le tout. L'histoire a perdu beaucoup de tissu conjonctif de base; dans l'épisode centrale particulièrement, les scènes se déroulent comme une série de tir rapide, pas comme une histoire avec un plan.

AW: Comment voyez-vous les fans puis dans quelle mesure la série et les jouets ont tenu debout depuis 1984 à nos jours?

DW: J'adore les fans. Quelques personnes peuvent avoir les jetons de l'intensités de certains d'entre eux, mais principalement je pense que c'est fantastique. Ils vivent sans peur dans leurs rêves et j'admire ça. Je pense que ça soit Les Transformers, les Tortues Ninja, les Gargouilles, Star Trek/La Patrouille du Cosmos ou un dessin animé|anime, chaque fan fait de ce monde un meilleur endroit. C'est aussi agréable d'être apprécié pour ce que vous faites. Les scénaristes sont en bas de l'échelle à Hollywood et les scénaristes d'animation ne sont même pas considérés comme de "réels" scénaristes; nous travaillons au sous-sol, seul et inapprécié (nous n'obtenons même pas les résiduels!), donc il est merveilleux de voir comment notre travail a affecté positivement les gens. Je ne suis pas étonné s'ils ont su garder Les Transformers d'une façon ou d'une autre au fil des ans - que ça soit par les jouets et une série TV, c'est un super concept de base avec beaucoup de possibilités. Je pense que son aspect de collection a vraiment été l'élément moteur - je suis toujours a un peu étonné quand les gens me parle de combien ils aiment cette série animée. J'avais vu beaucoup des dessins animés (anime) japonais de catégorie supérieure de Toei et d'autres studios, donc j'étais un peu déçu de comment Les Transformers était animé au final une fois diffusé. En dehors des voix anglaises fantastiques de la série, je n'ai pas pensé que la valeur de production étaient au-delà. Je me souviens que quand j'ai finalement vu certains de mes épisodes pour la première fois, j'ai pensé "Eh bien, ça semblait beaucoup mieux dans ma tête quand je l'écrivais!"

AW: Qu'avez-vous pensé de votre expérience de convention comme à BotCon 2014?

DW: Être félicité et admiré pendant une fin de semaine entière? C'était l'enfer pur. Sérieusement, j'ai eu beaucoup de plaisir et j'étais vraiment heureux que je puisse le faire cette année. J'ai dû annuler en 1998 en raison d'un cas d'urgence de dernière minute et je m'en suis vraiment senti coupable. Cette fois, j'ai manqué les noces de mon propre frère pour compenser!

AW: Un grand "merci" à M. Wise pour cette super entrevue.

_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevue avec les scénaristes et producteur de TF G1 (anglais)   Jeu 28 Avr 2011 - 12:04

Entrevue avec les scénaristes et producteur de TF G1 (anglais)

• L'équipe de Sunbow/Marvel | • Scénaristes, acteurs, artiste sur TF et G.I. Joe (Détails)

_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm


Dernière édition par superhomme le Mar 3 Oct 2017 - 12:26, édité 255 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevue avec les scénaristes et producteur de TF G1 (anglais)   Mar 31 Mai 2011 - 21:03

Entrevue avec le scénariste TF G1 Flint Dille (anglais)


_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm


Dernière édition par superhomme le Sam 2 Juil 2016 - 14:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
Cypherplex
Chef Powermasters Optimus Primus
Chef Powermasters Optimus Primus
avatar

Masculin Nombre de messages : 4651
Age : 39
Localisation : NEXUS 208.0 EPSILON (Axiom Nexus)
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Flint Dille Entrevue   Mar 7 Juin 2011 - 12:31

Bonjour à tous,

Notre ami Hammer a réalisé une entrevue avec Flint Dille, scripteur pour Transformers et Gi Joe. Elle est en anglais mais très intéressante (d'autant plus que c'est un de nos membres qui l'a fait).

http://akahammer.wordpress.com/2011/01/08/an-interview-with-succesful-writer-flint-dille-part-1/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.adaptationsgj.net
Cypherplex
Chef Powermasters Optimus Primus
Chef Powermasters Optimus Primus
avatar

Masculin Nombre de messages : 4651
Age : 39
Localisation : NEXUS 208.0 EPSILON (Axiom Nexus)
Date d'inscription : 21/03/2008

MessageSujet: Re: Entrevues en français et anglais de Flint Dille, Bob Budiansky, Bryce Malek, Peter Cullen, Frank Welker et bien d'autres sur Les Transformers (G1)   Jeu 9 Juin 2011 - 19:34

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.adaptationsgj.net
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Re: Entrevues en français et anglais de Flint Dille, Bob Budiansky, Bryce Malek, Peter Cullen, Frank Welker et bien d'autres sur Les Transformers (G1)   Mar 14 Juin 2011 - 15:20

Bravo à Hammer pour cette chance d'entrevue qu'il a eu. Smile

_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevue avec Flint Dille   Lun 4 Juil 2011 - 18:02

Autre entrevue en anglais avec Flint Dille sur les Transformers par "Sledgehammer Productions":

https://toddmatthy.com/2011/04/06/an-interview-with-transformers-writer-flint-dille/



Et une autre ICI sur une autre série animée: Visionaries/Les Visionnaires.

_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevue en anglais sur Les Transformers Le Film (1986)   Ven 8 Juil 2011 - 5:33

Entrevue en anglais sur Les Transformers Le Film (1986)


_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevue en anglais avec le scénariste TF G1 David Wise   Jeu 14 Juil 2011 - 23:08

Entrevue en anglais avec le scénariste TF G1 David Wise


_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevue en anglais avec Buzz Dixon, un des scénaristes de "Les Transformers" et "G.I. Joe"   Dim 31 Juil 2011 - 15:23

Entrevue en anglais avec Buzz Dixon, un des scénaristes de "Les Transformers" et "G.I. Joe"

• Du coffret DVD TF de Rhino Home Video | À la convention "TFexpo 2015" |


_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevue en anglais avec Buzz Dixon, un des scénaristes de "Les Transformers" et "G.I. Joe"   Ven 19 Aoû 2011 - 0:04

Entrevue en anglais avec le scénariste TF G1 Marv Wolfman
Note: Scénariste de l'épisode 94-95 — Le retour d'Optimus Primus (The Return of Optimus Prime) - Partie 1 et 2


_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevue écrite en anglais qui ont travaillé sur Les Transformers (G1) (en anglais)   Jeu 22 Déc 2011 - 21:50


_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Transformers: la genèse   Sam 31 Déc 2011 - 11:05

Transformers: la genèse
Article par: ecranlarge.com

Avant de devenir les héros du nouveau blockbuster de Michael Bay, les Transformers furent d'abord de simples jouets, lancés en 1984 aux États-Unis et au Japon. À l'origine étaient les Diaclone, petits robots transformables en objets de la vie courante par Takara; la firme Hasbro les acheta pour ensuite créer avec les Transformers, robots transformables en véhicules. Le succès aidant, de nombreuses gammes furent créés, donnant à ces jouets assez fascinants une véritable aura de culte. Aujourd'hui encore, de nombreux fans de tous âges consacrent des sites Internet entiers au recensement de leur collection, se réunissant à l'occasion pour des conventions de spécialistes, à la manière des fans de Star Wars ou Star Trek.

Surfant sur le triomphe des jouets, les studios Marvel Productions et Sunbow Productions produisirent une série télévisée sur les Transformers, constituée de 98 épisodes de 25 minutes. Découpée en quatre saisons inégales en nombre d'épisodes comme en qualité, la série Transformers a pour héros des robots extra-terrestres provenant d'une planète nommée Cybertron, qui ont développé la faculté de modifier leur apparence pour devenir des machines passant inaperçues dans l'univers où elles se trouvent. De cette base, les auteurs ont développé une classique lutte du Bien (les Autobots, robots d'entretien) contre le Mal (les Décepticons, robots militaires) autour du contrôle de Cybertron. Diffusée entre 1984 et 1987, la série séduit un large public, des télespectateurs d'émissions jeunesse jusqu'aux nerds les plus passionnés.

En une centaine d'épisodes, les auteurs de la série Transformers sont parvenus à développer une véritable mythologie autour de ces robots extraordinaires. La véritable histoire des Transformers a en fait débuté 9 millions d'années avant notre ère avec l'apparition des Quintessons, êtres mi-organiques mi-mécaniques, qui créèrent un ordinateur supérieurement intelligent leur permettant de donner une âme à chaque humanoïde naissant. La scission entre Autobots et Decepticons donnera lieu à une suite de guerres sans merci, faites de trahisons, de coups de Trafalgar, et de fuites d'huile.

5 petits millions d'années plus tard, alors que Cybertron est menacée par l'épuisement des réserves d'énergie, les Autobots partent en mission de recherche suivis des Décepticons à leur trousse. Après un écrasement sur Terre, les Transformers sont hors-service pendant près de 5 millions d'années, jusqu'en 1984 où l'éruption d'un volcan provoque la réinitialisation de l'ordinateur principal du vaisseau, et la renaissance des Transformers. Les Autobots et Décepticons découvrent l'existence des réserves insondables de la planète Terre... ainsi les vils Décepticons tentent de piller sans se soucier des dommages collatéraux tandis que les héroïques Autobots, pour le pacifiste dans l’univers, contrecarrent les vils Décepticons de détruire la Terre et ses habitants.

La suite est de plus en plus apocalyptique : il se passe davantage de choses entre 1984 et 2007 que pendant les 9 millions d'années qui précèdent. Les Autobots font copain-copain avec les humains, et collaborent pour empêcher les Décepticons de mettre l'univers en pièces. Entre la Terre et Cybertron, les guerres et les catastrophes se multiplient. Nous sommes alors au milieu de la saison 3, et c'est le moment où les producteurs décident de tenter leur chance sur grand écran. Transformers: Le Film sort en 1986 mais, son intrigue nécessitant une bonne connaissance des 60 épisodes déjà diffusés, le dessin animé sort dans l'indifférence quasi générale. Les 38 épisodes qui suivent ne donneront pas envie aux créateurs de la série de retenter leur chance au cinéma. En tout cas, à la fin, les Autobots gagnent et la paix triomphe.

Parallèlement à la série télévisée, une premières série de bande dessinée (comics) est publiée par Marvel Comics conçues par Jim Shooter et Dennis O'Neil peu avant le dessin animé.
Des années plus tard, diverses séries dérivées (Transformers Energon, Transformers Armada...) connaîtront à leur tour un succès certain pour les TF.

C'est de tout ce matériau que se sont inspirés Michael Bay et ses scénaristes Alex Kurtzman et Roberto Orci (déjà auteurs de The island) pour monter le film Transformers. On peut d'ailleurs procéder à une comparaison entre les Transformers des années 80 et leurs versions 2007. Évidemment plus stylisés et moins monolithiques, les robots du film sont évidemment plus impressionnnants et plus classieux que leurs illustres modèles.

_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm


Dernière édition par superhomme le Jeu 4 Sep 2014 - 15:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevue avec la voix narrative anglaise de Les Transformers: Victor Caroli   Dim 8 Jan 2012 - 17:46

Entrevue avec la voix narrative anglaise de Les Transformers: Victor Caroli (en anglais)


_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevues vidéos des voix anglaises du dessin animé Transformers G1   Mar 10 Jan 2012 - 20:16

Entrevues vidéos des voix anglaises du dessin animé Transformers G1 (en anglais)

• Jack Angel: Voix anglaise d'Astrotrain, Ultramag, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Re: Entrevues en français et anglais de Flint Dille, Bob Budiansky, Bryce Malek, Peter Cullen, Frank Welker et bien d'autres sur Les Transformers (G1)   Lun 16 Jan 2012 - 20:40

Entrevues vidéos des voix anglaises du dessin animé Transformers G1 (en anglais)

• Michael McConnohie: Voix anglaise de Tracks/Le Sillage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Re: Entrevues en français et anglais de Flint Dille, Bob Budiansky, Bryce Malek, Peter Cullen, Frank Welker et bien d'autres sur Les Transformers (G1)   Mer 18 Jan 2012 - 18:01

Entrevues vidéos des voix anglaises du dessin animé Transformers G1 (en anglais)

• Rob Paulsen: Voix anglaise de Slingshot/La Fronde

_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevue vidéo Youtube en anglais sur la série animé "Les Transformers"   Mer 25 Jan 2012 - 23:34

Entrevue vidéo Youtube en anglais sur la série animé "Les Transformers" (en anglais)

Michael Bell: Voix anglaise de Prowl/Cervo

_________________ _________________ _________________ _________________
Forum Transformers & Site web ► http://www.transformersfr.com | http://www.transformersfr.com/forum.htm


Dernière édition par superhomme le Mer 14 Aoû 2013 - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
superhomme
ADMIN-FONDATEUR
ADMIN-FONDATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 16304
Localisation : Montréal, QC
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Entrevue avec des voix anglaise de Les Transformers   Dim 26 Fév 2012 - 9:53

Entrevue avec des voix anglaise de Les Transformers (en anglais)

Dan Gilvezan: Voix anglaise de Bumblebee/Bourdon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.transformersfr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entrevues en français et anglais de Flint Dille, Bob Budiansky, Bryce Malek, Peter Cullen, Frank Welker et bien d'autres sur Les Transformers (G1)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entrevues en français et anglais de Flint Dille, Bob Budiansky, Bryce Malek, Peter Cullen, Frank Welker et bien d'autres sur Les Transformers (G1)
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Transformers et site web :: S É R I E S — F I L M S — J O U E T S :: Les Transformers (G1)-
Sauter vers: